in

Le Maroc sous le choc après le viol collectif d’une adolescente de 17 ans pendant 25 jours

Le viol est vraiment un acte abject et inhumain. On en est à se demander comment l’être pensant parlant, dit supérieur, pétri de sentiments qu’est l’homme, peut ne serait-ce qu’un seul instant imaginer infliger cela à son semblable ?

Au Maroc, une vie de plus vient d’être à tout jamais brisée. Oumaima, une adolescente de 17 ans, a été enlevée, séquestrée et violée pendant près de 25 jours par une vingtaine d’hommes.

Burkina Faso : face aux vagues d’attaques terroristes, l’armée annonce la formation des civils volontaires pour défendre le pays

Dans un état grave tant physique que psychologique, elle a été hospitalisée à l’hôpital Ibn Rochd de Casablanca.

La jeune Oumaima a été enlevée à Casablanca alors que sa mère était allée aux courses. Conduite dans une ville voisine, elle a été torturée et subit plusieurs assauts et forcer d’« ingurgiter des substances toxiques qui devaient la tuer » selon sa mère.

Parvenue à s’échapper avec l’aide d’un homme venu la violer, « elle souffre d’une crise psychologique aiguë et sa famille n’est pas autorisée à la voir », rapporte une source proche.

Togo : l’ANPE recrute pour la Clinique BIASA (23 janvier 2020)

Cette histoire, qui rappelle celle de Khadidja kidnappée et violée par un groupe d’hommes en 2018, a suscité une vague de soutien sur Facebook. À l’image du slogan de Charlie Hebdo, « je suis Oumaima » est désormais le cri de rage face à cet odieux acte.

Il est important que ce fait ne reste pas seulement « une affaire d’opinion publique », mais que des mesures drastiques soient prises contre les responsables, pour éviter d’autres Oumaima ou Khadidja.



Dj Arafat : les coulisses du 34e anniversaire du défunt

PSG : l’Atlético de Madrid augmente son offre pour Edinson Cavani