Le milliardaire Dangote porte plainte contre sa petite amie qui a essayé de lui extorquer de l’argent

L’affaire qui a commencé comme un simple coup de buzz du nouvel an 2021 est désormais pendante devant les tribunaux. Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique, vient d’intenter un procès contre sa petite amie Autumn Spikes, connue sur Instagram sous le pseudo Allarounda1, pour tentative d’extorsion d’argent.

Dans un document de poursuite civile consulté par Premium Times, le milliardaire aurait intenté une action civile avec le pseudonyme John Doe contre la dame identifiée comme Autumn Spikes devant un tribunal du comté de Miami-Dade en Floride, aux États-Unis d’Amérique. Il réclamerait un montant de «30 000 $» en dommages-intérêts contre Mme Spikes.

L’un des documents judiciaires déposés par le plaignant le 22 janvier est intitulé «Demande de plainte pour jugement déclaratoire Plainte pour (sur) demande d’extorsion pour injonction».

Le document, entre autres, a accusé Mme Spikes de diffamation, de cyberharcèlement et de rupture d’accord «pour garder leur relation privée et hors des médias sociaux».

Il a déclaré que «le sens des affaires de M. Dangote avait fait de lui une cible de coercition de la part du défendeur», ajoutant que Mme Spikes avait exigé «des réclamations sans fondement de 5 millions de dollars» sous la forme de «palimonie à laquelle elle n’a pas légalement droit».

La palimonie est une somme d’argent qu’un tribunal ordonne à une personne de payer régulièrement à un ancien partenaire avec lequel elle vivait mais n’était pas mariée.

«Autumn Spikes a demandé au plaignant de lui verser cinq millions de dollars (5 000 000 $), comme le montre la pièce 1», indique le document judiciaire de M. Dangote.

Comment tout cela a commencé ?

L’affaire entre M. Dangote et Mme Spikes a été portée à la connaissance du public pour la première fois le 1er janvier, lorsque la dame sous le pseudo Allarounda1, a publié un clip vidéo se montrant assise et M. Dangote allongé sur un canapé.

Les images, qui sont devenues virales sur les réseaux sociaux, semblent avoir été prises pendant leurs bons moments ensemble.

Elles montraient la plus grande partie du corps de M. Dangote couvert d’une couverture orange mais avec ses fesses exposées pendant qu’il manipulait son téléphone. Mme Spikes a également partagé d’autres images du milliardaire, mais les a ensuite supprimées.

Dans des mises à jour ultérieures, elle a déclaré qu’elle n’avait pas rendu ses affaires publiques sur les réseaux sociaux pour acquérir la renommée.

Elle a également affirmé que son action visait à aider M. Dangote à “effacer son nom de l’embarras causé par une autre ex-maîtresse de l’homme d’affaires, Bea Lewis, qui a exposé leurs affaires intimes sur les réseaux sociaux”.


Phone Promo TG

Performances Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
Mali : l’armée affirme avoir ‘neutralisé’ 50 jihadistes depuis Boulkessy