« L’endroit le plus dangereux de l’histoire de la Terre » est situé entre le Maroc et l’Algérie, selon une étude

Des chercheurs affirment qu’une zone située entre le Maroc et l’Algérie est le coin « le plus dangereux de l’histoire de la Terre ». 

Un jeune Marocain s’engage pour la paix en faisant le tour du monde à vélo

Il s’agit de la région rocheuse, aujourd’hui aride des Kem Kem, dans le sud-est du Maroc. Selon leur étude publiée le 21 avril dans la revue scientifique ZooKeys, la zone regorgeait de prédateurs terrifiants, comme des reptiles volants, il y a 100 millions d’années.

« Ce fut probablement l’endroit le plus dangereux de l’histoire de la Terre, un endroit où un voyageur du temps humain ne tiendrait pas très longtemps », estime l’auteur principal de l’étude, le Dr Nizar. 

À cette époque, il y avait un vaste réseau fluvial, rempli de nombreuses espèces d’animaux aquatiques et terrestres.

Parmi les fossiles des Kem, on retrouve trois des plus grands dinosaures carnivores jamais connus, dont le Carcharodontosaurus à dents de sabre. Il mesurait plus de huit mètres de longueur avec une énorme mâchoire et de longues dents de scie.

Le Deltadromeus, d’environ huit mètres de longueur aussi est un membre de la famille des raptors, avec des membres postérieurs longs et inhabituellement minces pour sa taille. Des reptiles volants et chasseurs ressemblant à des crocodiles étaient également de la compagnie.

La réouverture d’un McDonald’s provoque des kilomètres de bouchon, malgré le confinement (vidéo)

Le professeur David Martill de l’Université de Portsmouth, co-auteur de l’étude réalisée par une équipe internationale de chercheurs a expliqué que ces nombreux grands prédateurs dépendaient de la grande quantité de poissons dans la région à l’époque.

« Cet endroit était rempli de poissons absolument énormes, y compris des cœlacanthes géants et des poissons-poumons », a-t-il expliqué. Aujourd’hui, tout est sec.


Phone Promo TG

Performances Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
Antonio Guterres : la pandémie de Covid-19 a mis l’Humanité « à genoux »