Les étudiants d’Oxford interdissent la viande dans les cantines du campus ; la raison

L’Union des Étudiants d’Oxford, qui représente les étudiants de la prestigieuse université britannique, a voté pour l’interdiction de la viande, en particulier le bœuf et l’agneau dans les menus des cantines du campus, pour lutter contre le réchauffement climatique.

Cette mesure a été adoptée à la majorité, soit plus de deux tiers des votants, lors d’un conseil étudiant cette semaine. Les représentants du syndicat souhaitent à présent faire pression sur l’administration de l’université afin que cette interdiction soit actée. Car en effet, l’Union des étudiants n’a pas les capacités à elle seule de faire changer de règlement, souligne le Daily Mail.

Les étudiants de l’université souhaitent s’engager davantage contre le réchauffement climatique, et c’est pourquoi ils souhaitent éliminer progressivement la viande de leur alimentation. Pour eux, il s’agit «d’une stratégie efficace et réalisable pour aider l’université à atteindre son objectif climatique pour 2030», ont-ils affirmé lors de leur conseil. De nombreux scientifiques affirment effectivement que la consommation de viande est l’une des premières causes du réchauffement climatique.

Dans la motion votée par les étudiants, ils affirment : «en tant que première université du Royaume-Uni, la nation se tourne vers Oxford pour son leadership, mais Oxford a montré un manque de leadership dans la lutte contre le changement climatique.» Ils espèrent donc montrer l’exemple aux autres universités du pays, mais aussi s’aligner sur l’université rivale de Cambridge, qui a pris la décision d’interdire la viande en 2019.

Cependant cette volonté d’interdire la viande n’est pas au goût de tous, et notamment pas des membres de la Countryside Alliance, une organisation de défense de l’agriculture et du monde rural. «Les agriculteurs britanniques produisent l’une des meilleures viandes rouges du monde, tout en respectant les normes éthiques et environnementales les plus strictes (…) Les étudiants attendent des cours à l’université, par des régimes», a déclaré le groupe, qui considère les intentions louables, mais pour qui il s’agit d’une «mauvaise approche».

Avec Cnews

Plus d'articles
[Vidéo] Guillaume Soro : «j’espère être… élu président en 2020»