in

Les mariages islamiques déclarés invalides au regard du droit britannique

La Cour d’appel d’Angleterre a déclaré que les mariages islamiques, connus sous le nom de nikah, n’en étaient pas au regard du droit britannique. Cette décision casse un précédent jugement de la Haute Cour, qui avait déclaré ces unions valides en 2018.


Publicité L-FRII


En Ouganda, les hommes exigent de téter le lait maternel de leurs partenaires

Cet arbitrage pourrait avoir des conséquences pour de nombreux couples musulmans, qui se croient légalement mariés. Mais leur mariage n’est légal que s’ils acceptent de contracter une union civile en plus de l’union religieuse, comme l’explique l’avocat Charles Hale : « Cela signifie que beaucoup de couples n’ont aucun droit dans le cadre de ce qu’il croit être leur “mariage”. Aucun droit à la séparation des biens, aucune obligation d’entretien de la part du conjoint ».

L’une des singularités du mariage islamique est la facilité avec laquelle les maris peuvent décréter le « triple talaq », ou divorce instantané, même par téléphone ou sur les réseaux sociaux.

« Il est plus facile de mettre fin à ces mariages qu’aux mariages légalement enregistrés. Le fait de divorcer est moins stigmatisant. C’est une tendance inquiétante », explique Aina Khan, spécialiste de la loi islamique au quotidien britannique.

Enquête sur Israël : nouveau revers pour la procureure de la CPI Fatou Bensouda

L’arbitrage de la Cour d’appel place donc les femmes musulmanes dans une situation délicate, estime Pragna Patel de l’association Southall Black Sisters, qui se bat contre les violences conjugales et les mariages forcés : « Le jugement rendu aujourd’hui forcera les femmes musulmanes à recourir aux tribunaux de la charia pour obtenir réparation, ce qui fait déjà beaucoup de tort aux femmes et aux enfants ».

inGabon qui est Noureddin Bongo Valentin, le fils du père

Gabon / Corruption : affaire classée sans suite pour Noureddin Bongo

Après Games of Thrones, Maisie Williams arrive dans une nouvelle série