Libye : cette condition que pose le GNA pour négocier avec les autorités de l’Est

Le ministre de l’Intérieur du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) se dit prêt aux négociations avec les autorités de l’Est une fois qu’il aura pris le contrôle de la ville de Syrte et de la base aérienne d’Al Djoufrah.

À la question de savoir si l’offensive du GNA s’arrêterait après la prise de la ville de Syrte et de la base d’Al Djoufrah, Fathi Bachagha a répondu qu’ « il y aura des négociations avec l’Est ».

Les forces du GNA avaient annoncé auparavant le lancement de l’opération Sentiers de la victoire, qui vise à contrôler la ville de Syrte, située sur la côte méditerranéenne, et plusieurs autres régions et zones proches.

Burkina Faso : 14 fidèles d’une église protestante tués dans une attaque

Pour rappel, la Libye est divisée en deux camps rivaux entre le GNA dirigé par Fayez el-Sarraj, qui siège à Tripoli et qui est reconnu par la communauté internationale, et un gouvernement dans l’est du pays, soutenu par l’Armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Haftar.

Similaires