Libye : l’ONU privilégie l’intérêt national

Les dialogues sont toujours en cours pour apporter une paix durable en Libye, divisée entre 2 camps en guerre après la mort du Général Khadafi.

“Nous posons comme condition à toute participation à ce dialogue qu’ils se retirent des hautes fonctions gouvernementales. Cela inclut la présidence, le poste de Premier ministre, les ministères et les postes de souveraineté”, a déclaré Stéphanie Williams, l’émissaire par intérim de l’Organisation des nations unies(ONU).

Cette déclaration lors d’une rencontre entre cette dernière et le président tunisien Kais Saied, ce lundi 12 octobre 2020, privilégie ainsi l’intérêt national de la Libye.

Le pays est actuellement déchiré entre le Gouvernement d’Union Nationale (GNA) basé à Tripoli, et les hommes du Maréchal Khalifa Haftar, à l’Est.

Depuis décembre 2015, le processus politique a été mis à mal par l’offensive du maréchal Haftar qui a tenté, sans succès d’avril 2019 à juin 2020, de prendre le contrôle de Tripoli.

Et vient enfin un retour à la table des négociations avec des réunions thématiques dès septembre grâce aux efforts de l’ONU.

Similaires