>

Maradona : visé par une enquête pour homicide involontaire, son médecin brise le silence

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Visé par une enquête pour homicide involontaire de la légende, le médecin qui a procédé à l’opération du « Pibe de Oro » quelques jours avant sa disparition s’est défendu dans un point accordé à la presse. 

Les trois filles de Maradona ont, en effet, alimenté la polémique autour d’une négligence médicale. De ce fait, la police a procédé à la perquisition du cabinet et du domicile du docteur Leopoldo Luque, afin de « déterminer s’il y avait eu des irrégularités ». Elles auraient fait pression pour obtenir des détails sur les médicaments qu’avait prescrits le médecin pour leur père. 

Mais Luque a monté une défense émotionnelle de son traitement et a insisté sur le fait qu’il avait fait tout son possible pour aider l’ancien footballeur. « Vous voulez savoir de quoi je suis responsable ? De l’avoir aimé, de m’être occupé de lui, d’avoir prolongé sa vie, de l’avoir améliorée jusqu’à la fin », a-t-il lors d’une conférence de presse télévisée.

« Je suis la personne qui s’occupait de lui (depuis l’opération). Je suis fier de tout ce que j’ai fait. Je n’ai rien à cacher. Je suis à la disposition de la justice. Il aurait dû aller dans un centre de rééducation (après son opération). Il n’a pas voulu, et il ne voulait pas non plus d’un accompagnant thérapeutique », a ajouté le médecin de l’ancien Partenopei.

Une source judiciaire a déclaré au journal argentin La Nacion : « Comme Luque était le médecin personnel de Maradona, la décision a été prise de fouiller son domicile et de procéder à une opération chirurgicale pour rechercher des documents permettant de déterminer si, pendant le traitement de Maradona à domicile, il y avait des irrégularités. »

Les enquêteurs chercheraient des détails sur les médicaments administrés à Maradona, ainsi que sur ses dossiers médicaux et d’autres documents qui pourraient jouer un rôle clé dans l’enquête. Trente agents de police et de justice se trouveraient au domicile de Luque et à son adresse professionnelle.