Médaille pour les soignants : « si vous n’en voulez pas, vous ne la prenez pas ! » dixit Macron (vidéo)

Emmanuel Macron a été agacé vendredi 15 mai par la question d’un syndicaliste, à l’issue de sa visite à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière avec le ministre de la Santé Olivier Véran.

UEFA met la pression : « Ceux qui ne finissent pas devront passer par les tours préliminaires »

Alors que le président français sortait de l’établissement, un syndicaliste l’a interpellé sur la nécessité de la « médaille de l’engagement » promise aux soignants, alors que ces derniers demandent plutôt davantage de moyens. 

« Si vous ne la voulez pas, vous ne la prenez pas », a répondu Emmanuel Macron, agacé.

Frappée par la Monnaie de Paris, la médaille a déjà été tirée à 40.000 exemplaires, dont les 1.000 premiers ont été distribués au CHU de Bordeaux, qui a accueilli le premier malade du Covid-19 en France. 

D’après Sputnik, elle représente une infirmière, un pompier et un membre de la Croix-Rouge, accompagnés d’autres symboles comme le caducée, les numéros d’appel d’urgence 15 et 18, une caisse de supermarché, le H de l’hôpital et un lève-palette.

Sénégal / Covid-19 : l’efficacité de l’hydroxychloroquine confirmée par une étude

Pour Benjamin Clouzeau, médecin du CHU Pellegrin qui a reçu la médaille, il s’agit d’un « symbole » qui ne « règle pas les problèmes ». 

« Il faudra s’attaquer aux problèmes de fond, j’espère que nos politiques l’entendront et feront ce qu’il faut derrière », a-t-il déclaré à l’AFP, précisant qu’il s’interroge sur la venue du Président à la Pitié-Salpêtrière alors que les hôpitaux français font face à « des problématiques financières et statutaires ».

Monaco, le prince Albert II nomme un nouveau chef de gouvernement

 

Les échanges d’Emmanuel Macron avec des infirmières de l’établissement n’ont pas du tout été aisés. 

« On est désespérées […] On est la honte de l’Europe. Moi ça fait six ans que je suis infirmière, on n’a pas de matériel, on a rien ! » , s’est plaint l’une d’elles, insistant sur la nécessité d’une revalorisation salariale plutôt qu’une prime.

Le président, reconnaissant la légitimité de leurs attentes a fait un mea culpa en ce qui concerne sa réforme du système sanitaire. 

« On a sans doute fait une erreur dans la stratégie annoncée […]Il faut mettre fin à cette paupérisation. Oui, on va investir », a-t-il déclaré, rappelant qu’il avait demandé au ministre un travail de concertation avec les organisations syndicales.

Plus d'articles
Zidane quitte son poste d’entraîneur du Real Madrid