Meghan Markle et Harry : nouvelles révélations sur les raisons du Megxit

Le 8 janvier dernier, Meghan Markle et Harry confiaient sur Instagram leur souhait de renoncer à leurs fonctions royales. Une annonce vécue comme un véritable choc par les Britanniques qui voyaient en cette dernière l’œuvre de l’ancienne actrice.

Meghan Markle : ce détail qu’elle n’avait pas anticipé avant de rencontrer le prince Harry

Pourtant, le Megxit, terme qui fait horreur au frère de William, serait loin d’avoir livré tous ses secrets. Dans Finding freedom, la biographie de Meghan Markle et du prince Harry qui raconte leur départ de la famille royale et leur nouvelle vie loin du Royaume-Uni, Carolyn Durand et Omid Scobie, journalistes et intimes des Sussex, dévoilent une toute autre version des faits.

Le couple aurait ainsi évoqué son émancipation “avant même de se marier”, révèlent des sources au MailOnline, dont Tatler se fait l’écho, et ce, non pas sous l’impulsion de Meghan, mais bien de Harry, “malheureux depuis longtemps”. « Il y a eu des rebondissements auxquels personne ne s’attendait », expliquait récemment Omid Scobie dans son podcast ‘The Heir Pod’, et de poursuivre, « Je ne pense même pas que Harry et Meghan, qui de leur propre aveu ont eu du mal à faire face à la situation, s’attendaient à ce que ça se passe comme ça ».

Des révélations fracassantes qui auraient pour objectif d’après leur éditeur de “dissiper les nombreuses rumeurs et fausses idées qui affligent le couple des 2 côtés de l’Atlantique” et de raconter leur histoire “avec honnêteté”. Une nécessité pour l’ancienne actrice, persuadée d’avoir été victime d’une conspiration, et qui tient à donner sa version des faits. Plus encore, les Sussex auraient l’intention de montrer aux lecteurs en quoi leur départ a été une grande perte pour la famille royale.

Meghan Markle rend un hommage émouvant à George Floyd

Interviewé par NewsWeek, leur biographe en a d’ailleurs profité pour jeter de l’huile sur le feu, estimant que “Meghan représentait l’inclusion, la diversité et une voix avec lesquelles des jeunes du monde entier, en particulier dans les divers pays du Commonwealth, pouvaient se connecter comme ils ne l’avaient pas fait auparavant.”

Plus d'articles
L’environnement à l’honneur