Nicolas Sarkozy condamné : voici pourquoi l’ex-président n’ira pas en prison

Ce lundi 1er mars, le verdict est tombé pour l’ex-président de la France, Nicolas Sarkozy. Poursuivi pour corruption et trafic d’influence, il a été condamné à 3 ans de prison, dont 1 an ferme. Il devient le 2e président, après Jacques Chirac, qui avait reçu une peine de 2 ans de prison avec sursis en 2011, à être condamné par la justice.

Pourtant, Nicolas Sarkozy ne passera à priori pas une seule nuit en prison. Sa peine, tout comme celles de Gilbert Azibert et Thierry Herzog, qui a d’ores et déjà fait appel, est immédiatement aménageable. Il devrait donc, si cette condamnation n’est pas renversée en appel, réaliser sa peine différemment, avec par exemple un placement sous bracelet électronique.

L’aménagement de peine pouvait avant être prononcé, dès la condamnation, pour des peines d’emprisonnement inférieure à deux ans. Depuis mars 2019, ce seuil a été baissé à un an, une réforme qui ne concerne cependant pas cette affaire, dans laquelle les faits remontent à 2014.

Nicolas Sarkozy peut encore faire appel de cette condamnation, comme l’a fait son avocat Thierry Herzog. Un appel aurait pour effet d’entraîner un nouvel examen du dossier et de suspendre sa condamnation.

Avec RTL.

Plus d'articles
Airbus annonce la fin de production du géant des airs, l’Airbus A380