Niger / Surfacturations à l’armée : une journaliste écope de 5 semaines de prison pour diffamation

Ce mardi 14 juillet 2020, une journaliste au Niger, a écopé d’un mois et une semaine (5 semaines) de prison en plus d’une amende d’1 million FCFA. Mais l’affaire a été « mise en délibéré au 28 juillet », a précisé à l’AFP, une source judiciaire.

RDC : le procès en appel de Vital Kamerhe annoncé sur le 24 juillet

Cette dernière, au nom de Samira Sabou, aurait publié des informations diffamatoires sur l’affaire de surfacturations dans les ventes d’équipements militaires à l’armée nigérienne. 

A cet effet, elle avait été arrêtée le 10 juin dernier, suite à une plainte déposé pour ‘diffamation’ par Sani Mahamadou Issoufou, le fils du président Mahamadou Issoufou.

Violences au Mali : Les organisations internationales dont l’ONU appellent à la retenue

Les surfacturations et les livraisons non effectuées d‘équipements militaires ces dernières années ont en effet coûté 32,6 milliards de F CFA à l’Etat du Niger, selon le parquet de Niamey.

La journaliste avait publié un post sur l’affaire, en accusant un homme d’affaires nigérien de “capter les marchés du ministère de la Défense au nom du fils du patron [Sani Mahamadou Issoufou] ”.

Plan Togo Sommet

Phone Promo TG

Performances Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
Don de Rotary : le CHU Sylvanus Olympio ne sera plus dans de beaux draps