Nigeria : augmentation des décès liés à la fièvre jaune

Les autorités sanitaires nigérianes ont annoncé ce lundi 9 novembre qu’elles se déployaient pour lutter contre une épidémie présumée de fièvre jaune dans deux régions du sud du pays qui, selon les médias locaux, aurait déjà fait des dizaines de morts.

Le Centre nigérian de contrôle des épidémies (NCDC) a révélé avoir «des informations faisant état d’un pic soudain de cas et de décès dans certaines communautés» des États d’Enugu et Delta. La NCDC n’a pas donné de chiffre précis concernant le nombre de victimes. Des responsables locaux de la santé cités dans les médias locaux ont déclaré que plus de 72 personnes seraient mortes de la maladie dans ces deux régions.

Il n’existe pas de traitement spécifique contre la fièvre jaune, qui est largement transmise en milieu urbain par les moustiques. Le pourcentage de personnes vaccinées contre la fièvre jaune reste faible dans de nombreuses régions d’Afrique, même si le vaccin est presque 100% efficace et relativement bon marché.

 

Les experts de la santé ont averti ces derniers mois que la pandémie de coronavirus pourrait provoquer une augmentation de certaines maladies en raison de l’interruption des programmes de vaccination.

En octobre, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que le Nigeria reprenait les vaccins contre la fièvre jaune après avoir renforcé les mesures de sécurité en raison du Covid-19 dès le mois de mars, et espérait vacciner 30 millions de personnes prochainement.

Plus d'articles
Football : bonne nouvelle pour le Camerounais Geremi Njitap