Au Nigeria, les envois de fonds de la diaspora ont été 11 fois supérieurs aux IDE captés en 2018. C’est ce qu’a indiqué le cabinet PriceWaterhouse Cooper (PwC), dans un nouveau rapport portant sur le poids économique de la diaspora nigériane et rapporté par l’Agence Ecofin ce jour.

Lire aussi : Togo : l’équipe de lutte contre le blanchiment sur les rails



D’après le rapport, en 2018, le Nigeria a reçu 23,63 milliards $ de la part de ses migrants, soit à peu près 83% du budget du gouvernement fédéral. Ce montant plus de sept fois supérieur à celui de l’aide au développement reçu par le pays en 2017 (3,4 milliards $), représentait également 6,1% du PIB du Nigeria.

D’ici 2023, les envois de fonds de la diaspora nigériane à destination du pays d’origine pourrait atteindre 34,8 milliards $. D’après les experts, ce pic devrait être consécutif à une courbe ascendante, qu’enregistreront les transferts de fonds de migrants d’origine nigériane, en 2019 (25,5 milliards $) et 2021 (29,8 milliards $). Les prévisions indiquent que sur la période 2009-2023, les envois de fonds des migrants auront presque doublé, passant de 18,3 milliards $ à 34,8 milliards $.

Togo – HTCE : plus de 450 Togolais de la diaspora à l’assaut des 77 sièges

Ces prévisions interviennent alors que le Nigeria, dont la diaspora est l’une des plus actives du continent en termes de transferts de fonds, essaie de renforcer la participation de ses migrants au développement local. Malgré l’utilisation de nombreux canaux informels par ceux-ci pour transférer de l’argent dans leurs pays (rendant difficile leur traçabilité), le rapport indique que pendant quatre années consécutives, les envois de fonds officiels ont dépassé les recettes pétrolières du Nigeria. Cependant, 70% de ces envois sont utilisés à des fins de consommation tandis que 30 % seulement sont destinés à des fins d’investissement.

« Le rapport est une analyse qui montre l’importance cruciale de la diaspora pour l’économie du Nigeria. La Commission de la diaspora nigériane (NiDCOM) récemment créée et dirigée par Mme Abike Dabiri-Erewa, indique que le gouvernement fédéral reconnaît l’importance stratégique de la diaspora », a commenté Andrew Nevin, économiste en chef du cabinet PwC, cité par This Day. Et d’ajouter : « la prochaine étape clé pour la nouvelle commission est de formuler et mettre en œuvre une stratégie visant à maximiser les avantages de la diaspora nigériane ».