Crédit Photo : DR

Nouvelles conditions d’utilisation WhatsApp : ce qu’il faut savoir avant d’accepter

Début janvier 2021, WhatsApp avait décidé de repousser le changement de ses conditions d’utilisation après les craintes exprimées par de nombreux utilisateurs de voir le service de messagerie mobile partager des données confidentielles avec sa maison mère, Facebook.

En effet, les modifications des conditions d’utilisation de la messagerie WhatsApp étaient censées entrer en vigueur le 8 février dernier, mais ne seront effectives qu’à partir de ce samedi 15 mai.

Le groupe Facebook a finalement opté pour une transition plus douce, c’est-à-dire qu’en cas de refus des conditions, l’utilisateur ne verra pas son compte fermé, comme ça avait été annoncé initialement. Du moins pas tout de suite.

Le vendredi 7 mai, WhatsApp a indiqué qu’il ne couperait pas directement l’accès aux usagers refusant les nouveaux termes mais continuerait à leur envoyer des rappels « persistants ». Si l’utilisateur persiste à refuser, il perdra peu à peu certaines fonctionnalités. Par exemple, il pourra continuer de recevoir des audio et vidéo sans pouvoir accéder à leur liste de messages. Au bout de plusieurs semaines, il ne pourra plus recevoir de messages et d’appels et le compte deviendra alors inutile. Seule façon de pouvoir réutiliser l’application, acceptez les conditions d’utilisation.

« Premièrement, vous allez donc accepter que Facebook intègre un peu mieux les fonctions de WhatsApp. Ce sont donc surtout des aspects techniques. Et deuxièmement, vous allez accepter que WhatsApp soit utilisé par des entreprises privées pour vous contacter. Par exemple, à l’époque, vous receviez votre billet d’avion par e-mail. Maintenant, ça pourrait être par WhatsApp. Voilà les deux principales choses qui vont être échangées », résume Antoine Delforge, juriste, doctorant à l’UNamur et chercheur au sein du Digital Institute à la RTBF.

Selon l’entreprise, les données qui pourront être partagées entre Whatsapp et l’écosystème d’applications de Facebook (dont Instagram et Messenger) comprennent les contacts et les informations du profil (le numéro de téléphone, le nom, l’adresse IP pour géolocaliser ou encore les données relatives aux appareils de ses utilisateurs), à l’exception du contenu des messages qui restent chiffrés.

Le groupe cherche à monétiser sa plateforme en permettant aux annonceurs de contacter leurs clients via Whatsapp, voire d’y vendre directement leurs produits, comme c’est déjà le cas en Inde. Quand Whatsapp a annoncé ce changement de ses conditions d’utilisation, de nombreux utilisateurs ont préféré rejoindre d’autres messageries instantanées, comme Signal, Viber, Télégram ou encore Olvid.

Si vous acceptez les nouvelles conditions, « n’oubliez jamais que votre compte WhatsApp est directement lié à votre numéro de téléphone… Outre ce dernier, il est important de protéger l’accès à l’application elle-même, en activant l’authentification par empreinte digitale ou par FaceID ainsi que l’authentification à deux facteurs », plaident dans une note Me Claire Poirson, avocate associée au sein du cabinet Bersay, et Benoit Grunemwald, expert en cybersécurité chez ESET.

Avec Lavoixdunord

Plus d'articles
Rihanna : mauvaise nouvelle pour la patronne de la marque Fenty