in ,

Producteur tabassé à Paris : Loopsider diffuse de nouvelles images de l’agression

Ce vendredi 27 novembre, le média Loopsider, qui diffuse en exclusivité les images de Michel Zecler, producteur de musique tabassé par des policiers dans son studio puis dans la rue, a partagé de nouvelles images.

Cette vidéo est celle d’un voisin de Michel Zecler, qui montre sous un autre angle l’agression et sa violence inouïe, précise le média. Une preuve supplémentaire, s’il en fallait, de l’importance des images dans les affaires de violences policières.

On y entend d’abord les policiers hurler « Sors, sors », « Dépêche-toi de sortir », « Avance », « Maintenant tu sors » à l’intention de Michel Zecler, visiblement encore dans son studio, où il vient de se faire agresser physiquement par la police.

L’auteur de la vidéo raconte avoir entendu « Sortez, sortez, dernière sommation, après on tire ». Il affirme que les policiers ont ensuite envoyé une bombe lacrymogène dans le studio pour faire sortir Michel Zecler. Le gaz se répandant en partie à l’extérieur, « j’ai eu du mal à rester à la fenêtre, je me prenais tout dans les yeux », raconte le voisin du producteur.



Lorsqu’il sort du studio, on voit les policiers s’agiter et hurler « C’est lui, c’est lui ». Puis « Au sol au sol ! ». Un des policiers en civil, déjà présent dans les locaux, frappe de nouveau la victime, immobilisée par plus de 6 autres policiers. La scène dure près de 5 minutes. Michel Zecler hurle de douleur et de peur alors que les hommes s’acharnent sur lui.

Les 9 jeunes venus aider Michel Zecler, alertés par ses cris, se font à leur tour agresser par la police. On entend quelqu’un dire à un policier : « Monsieur, je n’ai rien fait, pourquoi vous me frappez ? Je n’ai rien fait ». Un autre jeune se fait alors violemment interpeller.

« Ce ne sont que des gamins », lance une personne présente. Commentant les images, le voisin décrit à nouveau l’interpellation : « Michel Zecler est à genoux, et le policier lui met à peu près 7 coups dans le visage direct et après il s’est relevé. Le flic lui a tellement tapé dessus, qu’il avait mal à la main. Le flic s’est plaint, puis il a dû comprendre qu’il avait fait trop de conneries : il a mis sa capuche sur sa tête ».

On continue d’entendre une voix qui dit « On n’a rien fait monsieur. Je vous jure je n’ai rien fait » puis une autre qui lance : « Arrêtez ! Ils n’ont rien fait. » Un policier répond alors « Ferme ta gueule je t’ai dit ! » Puis, à nouveau, on entend quelqu’un dire « Pourquoi vous me frappez ? je n’ai rien fait. Vous me frappez, je n’ai rien fait du tout. »

Le vidéaste amateur conclut : « Ils auraient pu le tuer », « Quand il a dit après “Je ne voulais pas me mettre par terre parce que j’avais peur qu’ils me tuent”, je comprends. Oui, ils auraient pu ».

Avec L’OBS.




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prix The Best : Rivaldo se prononce sur les potentiels vainqueurs

Vatican : quand le pape François compare l’avortement à l’embauche d’un tueur à gages