PSG : Nasser Al-Khelaïfi mis en examen pour « corruption active »

Le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi est mis en examen pour corruption par le juge Van Ruymbeke qui le soupçonne d’avoir voulu « acheter » les Mondiaux d’athlétisme 2017. Des accusations qui « ne reposent sur rien » selon l’avocat de Nasser Al-Khelaïfi.

C’est décidément la saison la plus noire de Nasser Al-Khelaïfi depuis sa prise de fonction en 2011. Le président du PSG a été récemment mis en examen par Renaud Van Ruymbeke pour corruption active. Le juge d’instruction au pôle financier du tribunal de Paris le soupçonne d’avoir « validé » un versement de 3,5 millions de dollars (3,1 M€) en faveur de Lamine Diack, l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), afin de faciliter l’obtention des Mondiaux d’athlétisme à Doha en 2017. « Des affirmations totalement inexactes », selon Francis Szpiner, l’avocat de Nasser Al-Khelaïfi.

Ce dernier s’était volontairement présenté devant le juge le 20 mars dernier et était ressorti sous le statut de témoin assisté dans le cadre de cette affaire qui concerne une société qatarienne fondée et dirigée par son frère Khaled (ORYX QSI) et une société sénégalaise (Pamodzi Sports consulting) appartenant à Papa Massata Diack, fils de Lamine Diack.

En enquêtant sur le dopage des athlètes russes et ses ramifications financières, Renaud Van Ruymbeke a découvert 2 virements d’un montant total de 3,5 millions de dollars effectués fin 2011 par Oryx au profit de Pamodzi.

Selon le juge d’instruction, qui prendra sa retraite, le 30 juin, ces virements devaient faciliter l’attribution des Championnats du monde d’athlétisme 2017 à Doha. Finalement, par une large majorité (16 voix contre 10), l’IAAF a confié l’organisation à Londres, la capitale qatarienne devant patienter 2 ans de plus.

Similaires