in

Sclérose en plaques : quelles sont les groupes à risque ?

Le 30 mai étant la journée mondiale de la sclérose en plaques, le directeur de l’Organisation russe des personnes souffrants de cette maladie et docteur en sciences médicales Yan Vlasov a évoqué dans une interview à RT les groupes les plus susceptibles d’y être exposés. Selon le spécialiste, les jeunes sont les plus vulnérables face à cette maladie auto-immune.

Italie : un jeune de 18 ans sauvé grâce à une greffe après les ravages du Covid-19, une première

« En moyenne, elle affecte les jeunes gens de 22 à 27 ans. Les enfants âgés de 7 à 9 ans en souffrent moins souvent. De même, les personnes âgées sont rarement atteintes. Autrement dit, l’âge moyen est de 27 ans, et plus ou moins 5 ans », a-t-il expliqué.

D’après le médecin, ce sont surtout les femmes en âge de procréer qui en souffrent le plus. « Chez les 2/3 des femmes atteintes, la maladie se manifeste après la grossesse. En règle générale, elles n’ont jamais rien eu auparavant », a détaillé M. Vlasov.

S’agissant des causes, le médecin a pointé du doigt des « gènes responsables du système immunitaire », en décrivant la sclérose en plaques comme une maladie qui a une détermination génétique. Selon lui, c’est le stress qui peut servir de déclencheur aux manifestations de la maladie et, donc, réduire l’anxiété serait un moyen de minimiser les risques.

En pleine crise de Covid-19, le Cameroun fait face à une épidémie de choléra

« Dans près de 50% des cas, ces gènes sont activés après une sorte de stress. Il peut s’agir d’examens ou d’un amour malheureux, d’une grave grippe ou d’une carence en vitamines », a expliqué le docteur.



L’UE appelle Washington à reconsidérer sa rupture avec l’OMS

Un Tunisien se suicide après avoir découvert qu’il était Africain