Tchad : des gardes présidentielles ouvrent le feu sur des soldats français

Des militaires tchadiens ont ouvert le feu lundi 13 juillet sur les pneus d’une voiture de l’armée française avec à son bord des gendarmes qui prenaient des photographies à proximité d’un site sensible dans la capitale tchadienne, selon un communiqué conjoint ce mardi 14 juillet de N’Djamena et l’ambassade de France au Tchad. Il y a cinq semaines, deux militaires français avaient été blessés dans un incident similaire.

Le prix Nobel de médecine 2018 décerné à James P. Allison et Tasuku Honjo pour leurs travaux sur le traitement du cancer

 

« Lundi 13 juillet après-midi, un véhicule de la force Barkhane, ayant à son bord des gendarmes français s’est arrêté devant un site sensible, situé non loin de l’aéroport, pour photographier une mosquée en face de ce site sans qu’ils n’aient conscience de la sensibilité de l’endroit», explique le communiqué du ministère tchadien des Affaires étrangères et de l’ambassade.
« Les militaires tchadiens chargés de la sécurité du site en question ont procédé à des tirs d’intimidation contre le véhicule de la force Barkhane, qui n’ont occasionné que des dégâts sur les pneus du véhicule», précise le communiqué officiel. Le parquet de N’Djamena a ouvert une enquête, selon ce communiqué.

 

Fête des Pères : le cadeau de Kylian Mbappé au roi Pelé (photo)

Selon un officier tchadien interrogé par l’AFP sous couvert d’anonymat, les militaires français « filmaient la résidence privée du président Idriss Déby appelée « Palais Burkina » et la mosquée à côté de cette résidence ».
C’est alors, « que nos militaires en faction devant la résidence privée du chef d’Etat ont tiré sur le véhicule », a-t-il affirmé. Le véhicule a « réussi à s’enfuir avant d’être intercepté », selon cette source, qui précise que ces militaires français « ont reçu le secours de blindés français ».


Phone Promo TG

Performances Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
La marche améliore la créativité