in

Togo / FTF : les bénéficiaires de la subvention d’aide Covid-19 de la FIFA connus

La pandémie du Coronavirus a touché de plein fouet le domaine du sport et la première instance  du football n’est pas resté muette face aux cris de détresse des différentes fédérations. Ainsi, des subventions ont été mises à leur disposition.

Le jeudi 6 août dernier, la Fédération Togolaise de Football, par le biais de son secrétaire général Pierre Lamadokou, a tenu à apporter plus d’éclaircissements sur les éventuels bénéficiaires de ce fonds d’aide de la FIFA.

 

Arsène Wenger : “Tous les jours, j’ai envie d’entraîner, mais…”

« Dans la rubrique du fonctionnement, nous nous sommes intéressés aux joueurs, à l’administration des clubs et aussi aux membres des différents staffs techniques des clubs de D1 et de la D2. Aussi, les officiels (arbitres et commissaires de matchs) environ 200, qui étaient en activité avant l’apparition de la pandémie seront pris en compte. Il y a les ligues, les différents staffs techniques des différentes équipes nationales. Nous avons également pensé aux académies de football à travers les deux associations que nous avons. Dans sa rubrique subvention, nous avons pensé à celle du démarrage de la saison 2020-2021 que nous allons accorder aux clubs. Les clubs de la troisième division sont également pris en compte, un appui aux compétitions de jeunes (frais d’organisation de compétitions) et évidemment le football féminin », a t-il expliqué.

 

50 Cent : le rappeur bientôt banni d’instagram ?

Même si cette déclaration donne un aperçu bref sur les potentiels bénéficiaires, ils devront d’abord justifier leurs dépenses en fournissant des pièces justificatives de l’impact de la pandémie sur leurs activités sportives.

Tous les acteurs seront néanmoins assistés en matériels de protection au cours de l’ensemble de la saison qui s’ouvrira le 10 octobre prochain.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le Bayern Munich dévoile son maillot third pour 2020-21

Marée noire sur les côtes de l’île Maurice : « Il est déjà trop tard »