Après la Côte d’Ivoire en mai dernier, le photographe Wilfried Sant’Anna donne rendez-vous à la population de Lomé pour une exposition-vente dénommée “Healing Rain’’.

Ghana: le Homeland Study Group Foundation fait sécession et proclame l’indépendance du Togoland



L’exposition aura lieu du vendredi 22 novembre 2019 au dimanche 5 janvier 2020  à l’hôtel ONOMO de Lomé. Ceci, en vue de permettre aux amoureux de l’art de découvrir et d’apprécier la qualité, l’originalité et la modernité dont fait preuve l’artiste dans son travail.

Organisé en collaboration avec TELIO PROD et GOMBO STUDIO, l’événement s’inscrit dans le cadre de la troisième « Private session » de l’hôtel ONOMO de Lomé.

« Enfant de la pluie », c’est ainsi que se qualifie lui-même Wilfried Sant’Anna alias « The Ghost », photographe ivoirien de renom né en 1988.

Sa vie a commencé de façon surprenante : venu au monde un jour d’orages à Abidjan, Wilfried Sant’Anna a été déclaré mort-né par les médecins, au désespoir de sa mère.

De rage, face à ce destin cruel, celle qui avait déjà lutté pour mener à bien cette grossesse décriée, est sortie précipitamment de l’hôpital pour hurler sa colère face à ce ciel sombre et tourmenté. C’est alors que l’on est venu la chercher : le petit Wilfried avait finalement poussé son premier cri.

Depuis ce jour, Wilfried Sant’Anna entretient une relation particulière avec la pluie, cette eau venue du ciel qui purifie, guérit, nettoie les plaies ou les mauvaises histoires, celle qui enlève les péchés et annonce un nouveau cycle de vie, essentielle à la terre comme aux âmes.

Très contemplatif, Wilfried Sant’Anna peut rester des heures à observer la pluie tomber, et ce n’est donc pas un hasard si cet élément se retrouve au cœur de son travail photographique et artistique.

La photographie, Wilfried Sant’Anna l’a apprise en autodidacte, à force de travail et de persévérance, après quelques années de mannequinat et de travail dans le milieu de la mode ivoirienne.

Celui qui est de tempérament joyeux et « enjailleur » dans la vie devient étrangement calme et discret lorsqu’il prend en photo son sujet, d’où son surnom « The Ghost ».

Le public a salué la qualité de son travail, lors de sa première exposition solo, intitulée « Who’s the Ghost » et organisée à la Cité des Arts d’Abidjan en mai 2019.

Samuel Eto’o : ‘J’ai été chauffeur de Taxi’

Sur la scène ivoirienne, l’artiste s’est imposé rapidement par la qualité, l’originalité et la modernité de son travail. Bien qu’aimant d’autres types de photographies, c’est par ses portraits uniques et envoûtants que Wilfried Sant’Anna acquière peu à peu une notoriété à l’international.

Fond monochrome, lumière tamisée, couleurs sourdes, gestes élégants et saisissants, sont autant de caractéristiques qui attirent et bouleversent le spectateur, touché aussi par la grâce singulière de cette eau de pluie pure et lumineuse.