L’Agence nationale de Gestion de l’Environnement (ANGE) a procédé ce mardi 23 avril 2019 à Lomé, au lancement officiel du Projet d’Amélioration du Système d’Information Environnementale au Togo (PASIET) couplé avec l’élaboration du premier rapport sur l’état de l’environnement au Togo.

L’objectif poursuivi par le PASIET est d’asseoir un système d’information environnementale pour le suivi des objectifs de développement durable au Togo ; contribuer à l’édification et au renforcement d’un mécanisme de mesure ainsi que de la mesure de la durabilité environnementale et écologique du Togo.



« Les statistiques constituent un dispositif transversal au service de tous les départements ministériels permettant de suivre efficacement les efforts du Togo dans l’atteinte des exigences de ses engagements nationaux, régionaux et internationaux », a expliqué M. Bataka Koutera, ministre togolais en charge de l’Agriculture.

Vue partielle des participants

« Le Togo s’est engagé dans un processus de développement des statistiques environnementales et ledit processus ambitionne de renforcer les statistiques de l’environnement en prenant en compte tous les nouveaux développements conceptuels, méthodologiques et stratégiques pour le suivi des Objectifs de développement durable (ODD) et d’autres exigences internationales », précisent les organisateurs.

De façon spécifique, le projet  d’Amélioration du Système d’Information Environnementale au Togo servira de cadre pour renforcer la coordination des acteurs impliqués dans l’information environnementale en leur dotant des outils pour assurer cette fonction ; améliorer les relations et la coopération d’une part, des acteurs impliqués dans la production de l’information l’environnementale et d’autre part, des producteurs et des utilisateurs de cette information ; renforcer les capacités techniques des experts impliqués dans le système d’information environnementale ; améliorer la cohérence, la qualité et l’harmonisation de données environnementales et surtout renforcer l’accès aux données environnementales.

La mise en œuvre de cet ambitieux projet s’articulera autour de trois (3) grandes composantes que sont l’amélioration du Cadre institutionnel, organisationnel et stratégique pour le développement des statistiques de l’environnement ; le renforcement des capacités opérationnelles et techniques pour le développement des statistiques de l’environnement et la Gestion du projet.

La première composante se penchera sur l’élaboration d’un programme national de développement des statistiques de l’environnement. Il assurera aussi le financement de la réunion du Comité sectoriel statistique du secteur rural et de l’environnement, un comité qui approuvera le programme avant de le soumettre à la validation du Conseil national de la statistique.

Vue partielle des participants

Quant à la deuxième composante, elle se décline en l’élaboration d’un recueil de méthodologies des statistiques de l’environnement pour 8 secteurs de l’environnement (Occupation/utilisation des sols ; Ecosystèmes marin et côtier ; Eau et assainissement ; Déchet ; Energie ; Ressources en bois et forêts ; Dépenses de protection de  l’environnement et Ressources minérales) ; l’élaboration du premier annuaire des statistiques de l’environnement du Togo ; puis l’élaboration du premier rapport sur l’état de l’environnement du Togo.

Cette composante financera également la formation de cadres de l’ANGE en bilan carbone et en planification stratégique ainsi que la réhabilitation des moyens de diffusion électronique de la Direction générale de l’énergie.

En ce qui concerne la composante 3, elle se chargera des dépenses du projet relatives à l’audit des comptes et au fonctionnement de la cellule d’exécution du projet.

« Conscient de l’importance des données environnementales fiables pour la prise de décisions pertinentes en matière de gestion rationnelle de l’environnement et de la conservation des ressources naturelles et pour l’évaluation de ses différents programmes et stratégies, le Ministère de l’Environnement, du Développement Durable et de la Protection de la Nature s’est engagé dans un processus d’amélioration de son système d’information environnementale en vue de satisfaire tous les besoins en matière d’indicateurs », a souligné le ministre.

Vue partielle des participants

Notons que ce projet, évalué à un montant de US 429,335 $, bénéficie du soutien financier du Fonds de la coopération économique Corée-Afrique (KOFAEC), géré par la Banque africaine de Développement (BAD). Il sera exécuté sur une période de 12 mois à compter de son lancement.

Rappelons que la cérémonie officielle a été présidée par le ministre togolais en charge de l’Agriculture qui représentait son collègue de l’Environnement.