in ,

Togo : l’émouvant message de Raoul Le Blanc derrière les barreaux

Au lendemain de la décision du 2e substitut du Procureur de la République, qui a décerné un mandat de dépôt contre Raoul Le Blanc, l’influenceur togolais a tenu à adresser un message aux Togolais.

Alors qu’il devra passer 2 semaines à la gendarmerie (temps de quarantaine) avant d’être déposé à la prison civile de Lomé, « l’influenmento » a laissé un message émouvant sur sa page Facebook.



« Vous êtes la seule famille que j’ai aujourd’hui et que je n’ai jamais eue auparavant. Je me regarde dans ce miroir et j’ai honte. Honte de vous avoir autant déçu. Honte de ne vous avoir pas écouté et fait confiance. La douleur qui était en moi à ma sortie de prison était si profonde, si lourde que je ne savais plus quoi faire. Je ne dormais pas la nuit, car j’étouffais. Tout mon comportement qui me ramène encore aujourd’hui à zéro n’était que le moyen de sortir de cette douloureuse dépression que je faisais l’effort de vous cacher », peut-on lire sur sa page.

Togo : Gogoligo fait son mea-culpa et “demande pardon à tout le monde”

Et de poursuivre : « Je regrette tant mes agissements, hélas je ne peux plus revenir en arrière. Je vous demande pardon pour tout le mal que je vous ai fait. Pardon en toute humilité aux autorités du Togo. Pardon à toutes ces personnes qui pleurent aujourd’hui. Pardon à tous ceux envers qui j’ai démontré de l’ingratitude. Je ne suis qu’un humain, je suis très imparfait mais je demeure votre serviteur Raoul Le Blanc. »

Togo / BEPC 2020 : les résultats consultables ; voici les numéros

Pour rappel, il est accusé d’escroquerie, violation des mesures barrières anti-covid (prophylaxie), chantages et harcèlement des citoyens, et propagation de fausses nouvelles.



Ad Carte Fidelyo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Football : l’étonnante confidence de Kingsley Coman

La brève histoire d’amour entre Ségolène Royal et Dominique Villepin à l’insu de François Hollande

La brève histoire d’amour entre Ségolène Royal et Dominique Villepin à l’insu de François Hollande