Togo : Pour chaque enfant, Unicef et l’Etat togolais veulent garantir une protection contre les violences gage d’épanouissement et de développement

Au Togo, l’Etat a fait des questions de la protection des enfants la clé de voute d’un développement harmonieux et durable. Grâce à l’appui de l’Unicef, il est maintenant question de protéger l’enfant contre la violence, l’exploitation, les abus et toutes les pratiques néfastes qui entravent son épanouissement et son développement.

Pour conforter chaque enfant dans son plein droit d’être protégé contre tous types de violences, le gouvernement et son partenaire Unicef ont décidé de trouver des mesures alternatives à la détention pour les enfants en conflit avec la loi en les faisant admettre dans des centres et services spécialisés en matière de protection à leur endroit. C’est dans ce souci de garantir une protection aux enfants en conflit avec la loi que le foyer Immaculé Don Bosco accueille aujourd’hui filles et garçons.

Katalé Essosolam Jeanne, sociologue de formation, chargée du dossier des enfants et des enquêtes sociales dans le foyer Don Bosco dresse le profil des pensionnaires du centre: « le foyer Immaculé Don Bosco accueille les enfants de la rue, les enfants en conflit avec la loi, les enfants victimes de maltraitance, les enfants dits sorciers, les enfants victimes de traites, bref les enfants en situation difficile. Pour identifier les enfants de la rue, nous avons une équipe qui fait une décente sur le terrain pendant le jour et la nuit pour identifier ces enfants qui dorment et travaillent dans la rue. L’équipe discute avec eux et leur présente le foyer. Si l’enfant est intéressé, ce dernier intègre le foyer et au même moment le centre cherche les raisons pour lesquelles il s’est retrouvé dans cette situation. Après confirmation des faits, nous saisissons également l’action sociale qui mène également son enquête avec l’accord du juge ».

« Une fois l’enfant au foyer, nous faisons une évaluation pour essayer de voir son niveau tout en tenant compte de son âge. Pour les enfants un peu âgés, nous leur proposons une formation professionnelle de leur choix et pour les enfants de bas-âge, on leur fait une remise à niveau pour qu’ils continuent les études », a rappelé la sociologue.

Le foyer Immaculé est composé de 3 maisons. La première maison, une phase de transition, accueille les enfants et travaillent avec eux pour les stabiliser. Après ce travail, l’enfant est envoyé dans une seconde maison long séjour où il est envoyé à l’école ou en formation socio-professionnelle. La dernière maison accueille uniquement les filles.

Dans les textes du foyer Immaculé Don Bosco, il est prévu d’accueillir des enfants de 7 à 18 ans. Cependant, il arrive des fois où il y a des exceptions pour accueillir des enfants de 4 ans.

Grâce à l’Unicef, le foyer dispose d’un espace d’accès à la justice suite au projet d’appui à la protection des enfants de la rue et des enfants en conflit avec la loi. Cet espace accueille les enfants qui sont détenus au quartier pour mineur à la prison civile de Kara. L’objectif de cette maison, c’est d’éviter aux enfants une détention et leur permettre d’être suivi au foyer Immaculé le temps que les poursuites judiciaires et les négociations avec les plaignants soient effectuées.

Plus qu’un simple spectateur, l’Unicef est un partenaire financier et technique pour le foyer Don Bosco. Grâce à son aide, le foyer a bénéficié de plusieurs projets qui l’ont permis de réinsérer plusieurs enfants. Les enfants bénéficient aujourd’hui d’un cadre de sécurité, un environnement familial et ont accès à une formation.

« Je suis arrivé au foyer en 2017 par l’aide d’un frère éducateur. Je suis élève en classe de CM2. Dans le foyer, on prend bien soin de moi et je n’ai plus envie de retourner chez moi. Je rêve de devenir un footballeur et ressembler à Memphis Depay », a déclaré un jeune garçon du foyer.

« J’étais avec une de mes sœurs, après le BEPC, je lui ai dit que je veux faire une formation professionnelle en électricité et elle a refusé en me disant de faire la série A4. Suite à mon refus, elle m’a ordonné de quitter chez elle. C’est suite aux discussions que mes frères m’ont intégrée au foyer. Je fais actuellement le CAP pour continuer en BT après. Au foyer, j’ai le temps d’apprendre pour réaliser mes rêves », a laissé entendre une jeune fille du foyer Immaculé Don Bosco.

L’Unicef joue un grand rôle en ce qui concerne le renforcement et l’environnement protecteur des droits des enfants. Néanmoins, il reste des défis et objectifs pour lesquels l’Unicef lutte d’arrache-pied : d’ici fin 2023, les enfants (filles et garçons) seront suffisamment protégés contre toutes les formes de violence, d’abus et d’exploitation, y compris les pratiques disciplinaires violentes et les mariages précoces, grâce à un système cohérent et fonctionnel.

Plus d'articles
Togo/Evala 2019 : fractures, entorses, déboîtements…un véritable parcours du combattant dans l’arène