Togo / relation amoureuse : le regard des femmes sur l’infidélité des hommes à Lomé

Quand on accorde une attention particulière aux histoires d’amour (homme-femme), on découvre qu’un des problèmes majeurs qui érodent ces relations sentimentales est très souvent la question de l’infidélité et surtout celle de l’homme.

Dans cet ordre d’idées, il n’est pas rare d’entendre un peu partout au Togo certains adages comme : « l’homme est par nature infidèle ». Un adage, on ne peut plus vrai, à en croire de nombreuses femmes à Lomé.

 « Les hommes sont des éternels insatisfaits. Malgré tout ce que vous faites ou pouvez faire pour les retenir, ils ont toujours un ou plusieurs plans ici et là. C’est vraiment regrettable, mais je l’ai compris et accepté. Tant que le mien me revient chaque soir en bonne santé, ça va aller », déplore Lisa, employée dans une institution de microfinance.

Hélène, commerçante, renchérit : « Mon chéri est posé, réfléchi, attentionné et tout, idéal en gros. Mais je me méfie. J’ignore ce qu’il fait au boulot ou lors de ces voyages. Les hommes, on ne peut leur faire totalement confiance sinon ils vous poignardent dans le dos. Alors je le guette à chaque fois. ‘‘Un homme n’est pas fils de ma mère’’, dit-on souvent ».

Régine, étudiante, affirme avoir surpris son petit ami plusieurs fois ‘‘la main dans le sac’’ parce qu’il était toujours en compagnie de belles jeunes femmes et avoir pardonné. Mais la toute dernière était la fois de trop. « Il ignorait que je le surveillais parce que je lui avais donné une dernière chance. Une nuit, alors qu’il était sous la douche, j’ai fouillé son portable. Il venait juste de recevoir un texto. Rapidement, j’ai pris connaissance du contenu et j’ai rompu », raconte notre interlocutrice.

 Ainsi, la tendance générale semble converger. La plupart des Loméennes imputent des habitudes d’infidélité à la majorité des hommes. Cela dit, notons que d’après une étude australienne réalisée par des chercheurs de l’université du Queensland, il existe un gène de l’infidélité. De ce fait, 63 % des hommes et 40 % des femmes infidèles le seraient à cause de leur patrimoine génétique. Peut-être ceci explique-t-il cela ?

Plus d'articles
Côte d’Ivoire : grande marche ce dimanche après le viol et la mort d’une fillette de 3 ans