Togo/Université de Kara : début des cours en présentiel ce 20 juillet

Suite à la décision, le 13 juillet de la reprise des cours par le gouvernement, l’Université de Kara a organisé une conférence de presse vendredi 17 juillet pour discuter des conditions pratiques de la reprise partielle des cours fixées au lundi, 20 juillet 2020 par l’institution.

Togo / Universités : vers une reprise des cours en présentiel

Pour Pr Komla Sanda, président de l’Université de Kara, cette reprise permettra d’achever l’année académique 2019-2020, émaillée par la pandémie de la covid-19.

Entamées pendant la période de confinement, les e-learning vont se poursuivre et permettront de maîtriser davantage le processus de digitalisation des cours.

« Aujourd’hui la crise que nous traversons nous rappelle que la digitalisation est devenue incontournable. Les résultats que nous avons enregistrés de cette expérience commencée le 04 mai sont fort prometteurs », a-t-il mentionné.

Pour garantir la sécurité sanitaire aussi bien des enseignants que des étudiants et de tous les acteurs impliqués, des dispositions ont été envisagées.

Comme l’indique le site de l’université, une méthode rotatoire sera appliquée pour les cours, le nombre d’étudiants sera réduit au tiers de l’effectif total à la fois pour les cours et les évaluations.

L’Union Africaine recrute des Volontaires (19 juillet 2020)

Le port de masque, la distanciation et l’application de solution hydro-alcoolique ou le lavage systématique des mains sont obligatoires pour chaque étudiant. Une police Covid veillera au respect de ces mesures dans chaque promotion de cours.

Pour les transports, le prix du ticket qui était à 50 f sera revu à la hausse et le nombre d’étudiants par bus a été revu de même que la consultation des ouvrages à la bibliothèque ; aucun n’y aura accès sans port de bavette et application systématique de solution hydro-alcoolique. Le restaurant universitaire et la cantine seront purement et simplement fermés.

Plus d'articles
BAD: Adesina qualifie d’«allégations» des accusations de favoritisme au profit de ses compatriotes