Troublantes prophéties du pasteur Mohammed Sanogo sur la Côte d’Ivoire et le Mali (vidéo)

La Côte d’Ivoire est en deuil depuis le mercredi 8 juillet dernier après le décès brusque du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Une situation qui fait craindre le pire pour ce pays qui a connu des difficultés politiques de par le passé. Mohammed Sanogo, pasteur des Eglises Vase d’honneur à Abidjan, a délivré un message poignant, le soir de ce drame. Dans son adresse, l’homme de Dieu a mis en garde non-seulement les Ivoiriens et le président Ouattara contre les tensions politiques, mais aussi les Maliens qui traversent également une crise. Ci-dessous son message rapporte Afriksoir.

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara a trouvé le remplaçant d’Amadou Gon

Nous allons prier pour nos gouvernants, pour le chef de l’Etat (Alassane Ouattara, ndlr) qui doit être certainement très éploré, afin que Dieu le soutienne et le fortifie. Nous allons prier parce que nous sommes à un virage très délicat. Voici les décisions : soit les gouvernants, vous qui avez le pouvoir, allez entendre cette voix et profiter pour mettre balle à terre et vous allez vous asseoir avec vos adversaires ou opposants politiques.

Je vous en supplie, il faut favoriser et écouter la voix de Dieu. Il y a beaucoup de choses et d’éléments sur lesquels vous pouvez vous appuyer. Il y a un autre texte dans les prophéties qui dit que Dieu va rabaisser les gens qui, par orgueil, se croient trop puissants. Vous vous croyez forts. Dieu est plus grand. Il décide un jour et renverse le plan des hommes.

Togo / Affaire de se3tape à l’école : visite inopinée du ministre Atcha Affoh Dedji dans les établissements concernés

Qu’est-ce que j’ai lu d’Ezéchiel 2 ? Il dit : Si la sentinelle avertit et que celui qu’on avertit se laisse avertir, le malheur n’arrivera pas. Mais s’il s’endurcit, s’il ne se repent pas, je vous en supplie par la compassion de Christ, ce qui peut arriver peut être désastreux et laisser ce pays dans une confusion de près d’une année, où on ne sait plus qui fait quoi. Je vous en supplie, humiliez-vous. Humiliez-vous, rabaissez-vous, c’est le plus fort qui descend. C’est le plus grand qui descend et non le plus faible, parce que Dieu vous a élevés, il vous a positionnés.

Descendez vers vos amis, tendez-leur la main. Vous aussi, ne soyez pas orgueilleux, ne vous endurcissez pas, ne dites pas que vous avez raison, personne n’a raison. La justice, c’est Dieu seul. Nous sommes des pécheurs. Dieu n’aime pas  les gens qui font des mauvaises choses, des gens qui prennent de mauvaises décisions qui aboutissent à de mauvais résultats. Dans le passé, vous avez eu l’occasion de diriger et vous avez pris des décisions et pour lesquelles vous avez été jugés.

Alors, si quelqu’un s’abaisse, pardonnons-nous, à cause du plan glorieux que Dieu a pour ce pays. On est entré dans un virage. Il y a des choses que je ne peux pas vous dire parce que toute révélation se dit à des personnes indiquées. Vous qui détenez le pouvoir, que cela vous tienne à cœur. Je vous en supplie, c’est pour vous-mêmes. Cela n’est pas spécifique à la Côte d’Ivoire. Ça concerne l’ensemble des pays africains. Je veux m’adresser aux présidents de la Guinée, du Mali, je vous en supplie, faites attention. J’entends des prophéties dire que ce sera une période délicate qui ne concerne pas seulement l’Afrique mais le monde.

Gabon : 10 ans de prison désormais pour les pratiques de sorcellerie !

De 2020 jusqu’à 2030, ce sera une période de grands bouleversements. Nous avons connu ce qu’on a appelé le printemps arabe où des chefs d’Etat africains se croyaient inamovibles, trop puissants et du jour au lendemain, ils sont partis comme ça. Nous sommes entrés dans une situation similaire où des changements peuvent avoir lieu. Tout dépend du cœur de chacun.

Que celui qui a l’orgueil dans le cœur descende, que celui qui est en bas ne soit pas aussi orgueilleux parce que si tu t’enorgueillis, tu vas t’abaisser beaucoup. Ne crois pas que si celui qui est devant perd le pouvoir, il viendra chez toi. Ne le pense pas du tout. Ecoute-moi, toi qui, derrière, jubiles, face à cette situation, Dieu ne t’a pas choisi non plus. Toi qui ris, tu as déjà été disqualifié. Notre tour arrive, ce n’est pas ton tour. Ton tour n’arrivera pas, tu ne verras pas la fin de cette année, prends garde. Quand tu diriges un peuple, ne te pense pas exempt.

Dieu a un plan que je n’ai pas vu, un plan que je ne perçois pas mais il se peut que les années qui viennent, il y ait totalement de nouveaux visages qu’on n’a jamais vus. Donc, ne ris pas parce que toi-même, Dieu ne t’a pas choisi. Ne jubile pas. Il faut vous humilier, repentez-vous. C’est vrai, chacun veut que le pays aille mieux. Et je suis convaincu que vous tous, leaders, dans le fond de votre cœur, vous aimez cette nation. C’est Dieu qui abaisse les orgueilleux, faut-il qu’ils aient de bonnes intentions.

Cameroun : le bébé de Brenda Biya, la fille unique du président, est né (photos)

L’intention n’est pas suffisante. Ne donnez pas l’occasion à Satan de faire du mal à ce pays qui n’a que trop souffert. Je donne le même avertissement au Mali, ceux qui sont dans la rue, faites attention parce que ce qui va se gâter dans votre pays, vous ne pourrez rien récupérer. C’est un ensemble de choses que vous allez perdre. Ce qui est arrivé en Somalie va arriver au Mali. Le diable est dans les détails. Faites attention. Pour faire attention, il faut que chacun s’humilie.

Parole sur le Mali, parole sur la Guinée. Ô messieurs les Présidents, soyez humbles. Qu’aucun ne se croit trop intelligent. Ce sentiment peut causer la perte d’une nation car, vous n’êtes pas la cible de Satan, c’est le pays que vous dirigez qui est la cible de Satan. Ce sont les enfants innocents qui sont sa cible. La saison des troubles arrive. Beaucoup d’entre vous prendront leur avion pour fuir. Ecoutez la voie d’une sentinelle. Dieu est bon et il avertit.