in ,

Une nouvelle étude alerte sur les risques de la coupe menstruelle

La coupe menstruelle, pratique, économique et écologique, est régulièrement présentée comme la protection hygiénique idéale. Mais selon une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), elle peut provoquer un syndrome du choc toxique (SCT), au même titre que les tampons.

L’impact du Covid-19 sur la santé mentale

Le syndrome du choc toxique est causé par la présence d’une bactérie, le staphylocoque doré, dans le microbiote vaginal. Si cette bactérie n’est pas dangereuse en soi, elle peut le devenir lorsqu’elle produit une toxine appelée TSST-1. Ce phénomène survient quand la femme a ses règles et garde une protection d’hygiène interne trop longtemps. S’il n’est pas soigné à temps, le SCT peut entraîner une amputation et même un décès.

Selon Franceinfo, cette information ne figure pas encore sur les notices des coupes menstruelles. Pire, certaines notices indiquent même que la coupe menstruelle peut être portée de 4 à 12 heures. Or, les autorités sanitaires recommandent de porter la cup 8 heures maximum et de ne pas l’utiliser la nuit.

Coronavirus : ce masque se referme lorsque quelqu’un passe à côté

Sur les 19 modèles de coupes menstruelles contrôlés, 5 fabricants ont reçu un avertissement par la DGCCRF.



Togo / Alerte : une grande pluie annoncée ce lundi 1er juin

Coronavirus La compagnie Emirates annonce des suppressions d'emploi

Coronavirus : La compagnie Emirates annonce des suppressions d’emploi