Une pénurie de ce produit pourrait frapper le monde

Après qu’un risque de baisse de la production de chocolat a été révélé, une pénurie de café pourrait également frapper les marchés mondiaux. Les plantations d’Amérique du Sud risquent d’être abandonnées par les ouvriers en raison de la pandémie de coronavirus.

Plusieurs facteurs, dont la fermeture de banques, la réduction des heures de travail, les restrictions de déplacements et les craintes de contamination dans les exploitations agricoles, ont soulevé d’importantes inquiétudes concernant le manque d’ouvriers pour collecter les grains de café pendant la période de récolte qui commencera en mai.

Le risque est particulièrement majeur en Colombie, au Brésil et au Pérou, des pays qui représentent environ deux tiers de la production mondiale de grains d’arabica.

Ce travail de cueillette difficile et peu rémunéré expose les ouvriers qui dorment souvent dans des habitations surpeuplées au risque d’infection, selon Bloomberg. La récolte est menacée si la quarantaine persiste, car des familles entières d’ouvriers quittent des fermes à pied à cause des restrictions concernant les déplacements en transports publics, a souligné Jimmy Larico, directeur général de la coopérative péruvienne Cecovasa.

Confinement : des funérailles virtuelles à Vienne

Comme la récolte en Colombie, 2e pays producteur d’arabica, se fait encore à la main, elle risque de se retrouver en manque de travailleurs plus encore que le Brésil, premier producteur, dont une grande partie de l’activité de récolte est devenue mécanisée.

Similaires