in ,

VIH : une molécule pourrait permettre de bloquer la multiplication du Sida

Comme le rappelle l’OMS, le virus du Sida a muté : en Afrique, en Asie et en Amérique latine, plus de 10% des personnes qui ont débuté un traitement antirétroviral étaient porteuses d’une souche résistante face à des médicaments les plus souvent utilisés pour lutter contre le virus. L’organisation précise que si le seuil de 10% est atteint, les pays doivent revoir la façon de traiter le VIH.

Coronavirus : Les personnes asymptomatiques ne transmettent pas le virus (OMS)

Ainsi, pour aider les malades ayant développé une forme de multi résistance aux traitements, le laboratoire Gilead a développé une molécule baptisée GS-6707 qui est capable de déstabiliser l’enveloppe du virus qui contient les protéines virales détenant le matériel génétique. La molécule est en mesure de perturber la réplication du virus.

Les scientifiques ont réalisé une étude sur 40 volontaires sains. Parmi eux, 8 ont reçu un placebo. Sur ce panel, seuls 75% des personnes ont connu des effets indésirables tels que des rougeurs, des gonflements ou des éruptions cutanées. Mais ce qui est intéressant avec la molécule en question c’est que sur 28 malades du VIH à qui on a administré le GS-6707 et qui n’avaient pas encore suivi de traitement, la molécule a permis, en une injection, de diminuer la charge virale de 22 à 160 fois, en fonction de la dose injectée, et ce, en seulement neuf jours.

L’autre avantage de GS-6707, c’est qu’il reste longtemps dans le corps et permet d’éviter de le réadministrer. Le produit suffisamment dosé peut arrêter la réplication du virus à 95% tout en se maintenant entre 12 et 24 semaines.

Ces autres maladies mortelles prospèrent dans l’ombre du Covid-19

Avec de tels avantages, les chercheurs estiment qu’il pourrait être administré en plus des autres traitements déjà existants.



0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaire

Inde : plusieurs policiers tués dans une embuscade

Covid-19 au Togo : des médecins volontaires de l’ONU en renfort