Il y a des mots anglais, reconnaissons-le, qui sont aujourd’hui irremplaçables. En effet, qui aurait l’idée de remplacer «week-end» par «fin de semaine»? «Penalty» par «tir de réparation»? «Starting-blocks» par «cales de départ»?

Cependant, est-ce bien utile de parler «juicing», «footing», «souping»…? Les anglicismes se multiplient. «Forwarder», «checker», «liker»… Et, de toute évidence, n’enrichissent pas la langue de Molière. Qu’on se rassure, cependant! Nombreux sont les mots et expressions employés par les anglophones. Les connaissez-vous?



Bénin : la réponse de Boni Yayi à l’invitation de Patrice Talon

Au naturel

Ainsi que nous pouvons le lire dans le Collins Online Dictionary, «au naturel» s’emploie pour parler de personnes nues. L’expression a également un second sens: un mets simple ou cru.

En français, la locution «au naturel» signifie d’abord «sans apprêts», ainsi que le précise le CNRTL. Au figuré, il définit ce qui est «sans apparat, sans cérémonie». Enfin, il peut également caractériser la nudité de quelqu’un. Une personne «au naturel» se trouve, en effet, «dans l’état de nature»… C’est-à-dire dévêtue.

Negligee

En anglais, le mot désigne «a woman’s light dressing gown, typically made of a filmy, soft fabric». C’est-à-dire: «la robe de chambre d’une femme, faite d’un tissu fin et de soie». Ce qu’on qualifierait de «nuisette» en français.

Il est vrai, cette définition s’éloigne du premier sens que l’on donne à l’adjectif, c’est-à-dire: «moins soigné qu’il ne serait nécessaire ou souhaitable». Cependant, il est intéressant que par métonymie, «un négligé» peut également caractériser en français une «tenue légère et sans recherche qu’on porte généralement dans l’intimité», ainsi que le précise Le Trésor de la langue française. Ainsi pouvons-nous lire chez Étienne de Jouy: «Au retour du bois de Boulogne, les jeunes gens en habit de cheval, et les élégantes en négligé, viennent attendre l’heure de leur toilette», (L’hermite de la Chaussée d’Antin).

Divorce : les conseils d’un psy pour s’en remettre plus facilement

Touché!

Voici une expression qui a le vent en poupe, notamment aux États-Unis. L’exclamation s’entend habituellement au cours d’un échange, souvent houleux, un débat ou encore, une légère querelle. Elle s’emploie pour reconnaître la pertinence de l’argument d’un partenaire ou d’un adversaire. À l’origine, on l’utilisait pour relever le succès d’un coup en escrime.

Risqué

«A risqué performance, comment, joke, etc. is a little shocking, usually because it is about sex», lit-on sur le site du Oxford Dictionary. Ainsi apprenons-nous qu’en anglais, un commentaire ou une plaisanterie peuvent être qualifiés de «risqués» lorsque le fond du propos est sulfureux, scabreux, voire choquant. Un sens que l’on peut également trouver en français même si la première définition de l’adjectif «risqué» désigne d’abord ce qui est «audacieux, hasardeux, périlleux».

Joie de vivre

«A feeling of great happiness and enjoyment of life», lit-on dans le Cambridge Dictionary. En effet, la «joie de vivre» est un «sentiment de bien-être général, de bonheur complet qui vient du simple fait d’exister», ainsi que le définit Le Trésor de la langue française. Du latin gaudia, «joie» signifie à l’origine «contentement, aise, plaisir; plaisir des sens, volupté».

En guise d’exemple, ces quelques lignes de Gautier: «Il s’agissait [dans les Noces de Cana] de montrer la force, la santé, et la joie de vivre dans des visages radieux, exempts d’inquiétude, et des corps robustement superbes», (Le musée du Louvre).

Coup de grâce

«Her affair was the coup de grâce to her disintegrating marriage», propose le Cambridge Dictionary. L’expression est connue. Au figuré, elle signifie:achever quelqu’un, causer sa perte, l’exécuter.

Au sens propre, «le coup de grâce était donné aux suppliciés sur la roue», précise Daniel Appriou dans son ouvrage Les expressions historiques, de Damoclès à Artaban. «Le bourreau rompait les os en les frappant avec une barre en métal. Pour mettre un terme aux souffrances, il assénait finalement un coup de grâce sur la poitrine.»

Nigeria : le film Lionheart de Genevieve Nnaji ‘’injustement’’ disqualifié aux Oscars

Bel esprit

Nombreuses sont les expressions à inclure le terme d’«esprit» pris au sens de «manière d’être». Ainsi parle-t-on d’un «état d’esprit», d’une «présence d’esprit», d’une «forme d’esprit», de «se mettre dans l’esprit de quelque chose», d’«avoir à l’esprit». On peut également évoquer un «esprit médiocre» ou «élevé», «mesquin» ou «supérieur», un «esprit droit» ou un «simple d’esprit».

Les anglophones ont choisi de garder la formule un «bel esprit» : «a witty or clever person». Comprendre: une personne fine d’esprit, subtile, habile, intelligente. En français, la définition est un peu plus précise. En effet, l’on remarque un bel esprit à la «finesse et la distinction de son intelligence jointe à sa culture des belles-lettres». En voulant «faire le bel esprit», l’on cherche avec affectation à «paraître brillant, spirituel». À noter que cette dernière formule est péjorative.

Aperitif

Ainsi que nous pouvons le lire dans le Collins Dictionary, «an aperitif is an alcoholic drink that you have before a meal». À savoir: un verre d’alcool que l’on avale avant de manger. Le Trésor de la langue française donne la même définition: «Boisson généralement alcoolisée, réputée stimulante pour l’appétit». Mais à l’origine, le terme est médical et signifie: «qui facilite les sécrétions de l’appareil digestif». Ainsi, un «apéritif» peut être une tisane, une pilule ou encore, une plante.

L’on trouve une première occurrence de ce mot dès le XIIIe siècle. Un apéritif «ouvre les voies d’élimination» (Le livre des simples medecines) ainsi que le rappelle le TLFI. Ce n’est qu’à la moitié du XVIIIe siècle que le mot prend un autre sens: «qui ouvre l’appétit». Ainsi, «le poivre noir et le poivre blanc sont aperitifs … aident à la digestion, donnent de l’appetit».

Attaque de Salif Keita contre Macron : le Quai d’Orsay réagit

Cordon-bleu

Tout comme en français, un «cordon-bleu» désigne en anglais un très bon cuisinier. Avant d’appartenir au domaine de la gastronomie, l’expression s’employait sous l’Ancien Régime, pour qualifier une décoration de prestige. Notamment celle de l’insigne des Chevaliers du Saint-Esprit, un ordre créé par le roi Henri III vers la fin du XVIe siècle.«La distinction élitiste n’a été proposée qu’à peu de personnes qui étaient appelées des ‘‘cordons-bleus’’», précise Georges Planelles dans son ouvrage Les 1001 expressions préférées des Français.

Raison d’être

Jolie expression que les anglophones ont empruntée pour qualifier «the most important reason for somebody’s/ something’s existence», peut-on lire dans l’Oxford Dictionary. Selon le Trésor de la langue française, la formule peut être comprise de deux manières: si «être» a le sens de «vivre», alors elle «concerne plus particulièrement l’homme». Exemple: «Ses enfants sont sa raison d’être».

Si, en revanche, «être» a le sens d’«exister, d’être là, à cet endroit, à ce moment-là», alors l’expression désigne la «fonction, définition même d’une chose». Exemple donné par le thésaurus: «L’argent a été aussi victime du papier-monnaie: en effet, l’établissement, parallèlement à la monnaie d’or, de billets de banque convertibles, a fait perdre à la monnaie d’argent sa raison d’être.»

Avec Le Figaro