in ,

Afrique : Une nouvelle menace sanitaire plane sur le continent

Illustration ; Anophèle gambiae

Les scientifiques viennent de découvrir une nouvelle menace sanitaire qui plane sur le continent africain. Il s’agit d’une nouvelle race de moustique particulière capable de transmettre le paludisme. Nommée ”Anophèle Stephensi”, sa provenance est identifiée en Asie.

La maladie qui sévit d’ordinaire en Asie, Thaïlande et dans la péninsule arabique, gagne actuellement du terrain. Et selon une récente étude publiée dans une revue scientifique américaine, elle a gagné l’Afrique et élu domicile dans la Corne de l’Afrique, notamment au Djibouti rapporte RFI.

Floride : 750 millions de moustiques génétiquement modifiés pour combattre le Zika

Alors que Djibouti n’avait pas connu d’épidémie de paludisme depuis 1999, la capitale a dû faire face à des éruptions de cas de plus en plus importantes à partir de 2012. De quoi mettre la puce à l’oreille aux autorités sanitaires africaines.

Il s’agit selon les scientifiques d’une menace importante pour les grandes villes africaines. Ceci, parce que, contrairement à l’Anophèle Gambiae (anophèle femelle) responsable de la forme la plus connue de malaria répandue en Afrique subsaharienne, cette nouvelle race de moustique est capable de survivre et proliférer dans les villes.

Bill Gates évoque une autre maladie mortelle oubliée sur fond de pandémie de covid-19

Ainsi, selon les projections des scientifiques, rapporte RFI, ce sont des villes ”du Nigeria par exemple, de Mombasa au Kenya, ou encore de Dar es-Salaam en Tanzanie”, et plus de 126 millions de personnes aujourd’hui épargnées par le risque de contracter le paludisme qui sont menacées. Ceci, si l’insecte poursuit son invasion.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Togo / Environnement : le pays s’engage dans la protection de la couche d’ozone

Togo : probables inondations dans le sud au cours de la saison