in

Coronavirus: les travailleuses de s3xe sud-africaines veulent un traitement de faveur lors du confinement (Vidéo)

Le Sex Workers Education and Advocacy Taskforce (Sweat) et le National Movement of Sex Workers in South Africa (Sisonke) lancent un appel au président Cyril Ramaphosa pour qu’il inclue les travailleurs du sexe comme un service essentiel pendant le verrouillage du coronavirus.


Publicité L-FRII


Mariages et grossesses précoces, dites non !

 

Cette décision intervient trois jours après que le président Ramaphosa ait annoncé un embargo national de 21 jours et ordonné aux Sud-Africains de rester chez eux pendant cette période pour lutter contre la propagation du coronavirus. 
Selon M. Ramaphosa, “il s’agit d’une mesure décisive pour sauver des millions de Sud-Africains de l’infection et sauver la vie de centaines de milliers de personnes”.
Mais Sweat et Sisonke estiment que cette “décision radicale s’accompagne de nombreuses incertitudes pour les travailleurs non qualifiés du pays, y compris les travailleurs du sexe”. 
“Le travail du sexe est un travail, et eux aussi ont besoin d’aide, car leurs moyens de subsistance ont été perturbés”, ont déclaré les deux organisations dans un communiqué. 

“Nous demandons également au président de prendre des mesures urgentes et de donner mandat au ministère de la Justice et des services correctionnels pour accélérer le processus de réforme de la législation sur le travail du sexe et dépénaliser le travail du sexe afin de remédier à l’exclusion évidente des travailleurs du sexe de l’accès aux droits du travail en cas de besoin.
Selon SWEAT et Sisonke, les travailleurs du sexe restent les plus marginalisés de tous les travailleurs, dont le travail n’est “pas reconnu comme travail” en Afrique du Sud.
Les organisations ont également déploré leur perte de revenus due à l’épidémie de coronavirus.
“Depuis l’apparition du coronavirus, les travailleurs du sexe ont été le premier groupe de travailleurs à être financièrement touchés par la propagation du virus. Selon une étude que nous avons menée en 2013, l’Afrique du Sud compte environ 158 000 travailleurs du sexe – la majorité étant des travailleuses du sexe qui subviennent aux besoins de sept personnes à charge grâce aux revenus qu’elles tirent du travail du sexe”. 
“Le président a déclaré qu’il existe une proposition de dérogation spéciale pour les entreprises qui sont en détresse à cause du Covid-19. Grâce à cette proposition, les salariés recevront un salaire par le biais du programme d’aide temporaire aux salariés, ce qui permettra aux entreprises de payer directement les salariés pendant cette période et d’éviter les licenciements. 
“Cependant, nous nous interrogeons sur le caractère inclusif de la proposition. Inclura-t-elle les travailleurs du sexe ? Le travail du sexe est actuellement criminalisé en Afrique du Sud et les travailleurs du sexe sont considérés comme des criminels – et non comme des travailleurs. Et, en tant que groupe de travailleurs le plus durement touché par la pandémie mondiale, ils ne pourront très probablement pas bénéficier du programme d’aide aux employés temporaires”, selon la déclaration commune. 

Coronavirus : la présidence burkinabè dément les rumeurs sur l’état de santé de Roch Kaboré

 

Lesego Tlhwale, porte-parole du groupe de travail sur l’éducation et la défense des travailleurs du sexe (Sweat), s’est également exprimée lors d’un entretien avec ENCA TV, où elle a plaidé auprès du gouvernement pour que des dispositions urgentes soient prises afin que les travailleurs du sexe soient inclus dans le programme d’aide temporaire aux employés, car ils perdent également des revenus. 

 

[Urgent / Coronavirus] Angela Merkel touchée ; la Chancelière allemande en quarantaine

Angela Merkel confie ce qui lui manque en quarantaine