in

Donald Trump : son “armée privée” terrifie les villes américaines

Deux mois après la mort de George Floyd, des manifestations ont toujours lieu dans les rues de Portland. Pour y « rétablir l’ordre », le président américain a déployé sa milice d’agents fédéraux. Cette milice semble faire preuve d’abus sur les populations.

États-Unis / Violences : l’administration Trump va rétablir la sécurité dans 3 nouvelles villes

 

Nul besoin d’être juriste pour comprendre que ce qui se passe à Portland, dans l’Oregon, relève de l’abus de pouvoir caractérisé. Lorsque des forces fédérales, sans identification et avec des uniformes militaires, attrapent des gens dans la rue pour les faire monter dans des fourgons banalisés, quelque chose ne tourne vraiment pas rond.

USA / Nigeria : Trump écrit à un adolescent lauréat de prix d’excellence

Mais cet abus est-il dans la droite ligne des efforts déployés par l’administration Trump pour contourner le Posse Comitatus Act, le principe selon lequel le président ne peut recourir à l’armée pour maintenir l’ordre à l’échelle nationale ? La chose est moins évidente. Dans tous les cas, ce que ces événements signifient pour l’État de droit et potentiellement pour le scrutin présidentiel de 2020 a de quoi sidérer.

Ivana Trump : ce terrible drame avant sa rencontre avec Donald Trump

 

Les effectifs du département de la Sécurité intérieure (DHS) déployés à Portland sont des agents fédéraux chargés du maintien de l’ordre, pas des membres des forces armées. Mais il est de plus en plus évident qu’ils ne sont pas là pour faire respecter la loiSi le Congrès a adopté la loi sur le Posse Comitatus, c’est précisément pour empêcher ce genre de manœuvre. La loi de 1878 interdit aux troupes fédérales de participer à des activités de maintien de l’ordre intérieur sans autorisation expresse du Congrès. Mais la loi ne s’applique à la Garde nationale que lorsque ses unités sont fédéralisées. Même si les troupes de celle-ci agissaient clairement sous la direction du président et du secrétaire de la Défense, le président ne les a pas officiellement fédéralisées, les laissant ainsi libres de mener des activités de maintien de l’ordre…

Covid-19 : le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump testé positif

Il faut que le Congrès et les tribunaux interviennent. Sinon, ayant trouvé son armée, il est certain que Trump s’en servira de nouveau dans les mois à venir. La persécution des maires et des gouverneurs démocrates est du pain bénit pour galvaniser sa base, dont le soutien commençait à vaciller avec sa gestion désastreuse de l’épidémie de la Covid-19. Plus effrayant encore, il pourrait déployer ses forces paramilitaires dans des bastions démocrates le jour du scrutin et entraver ainsi la participation électorale.

Baseball : Donald Trump décline l’invitation des New York Yankees à cause du coronavirus

 

Ces forces fédérales, Trump les a déjà utilisées pour saper la souveraineté locale et les droits des personnes venues manifester. Ces pratiques doivent cesser, au risque qu’il n’ait recours à ces mêmes tactiques pour saper la démocratie des États-Unis en novembre prochain.

 

Source : Slate



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

PSG : Neymar confiant et satisfait

Crise au Mali : « Si nous devons démissionner, IBK doit aussi démissionner » , martèle un député