in

Etats-Unis : Donald Trump en attente d’un nouveau procès

Le président américain Donald Trump va être poursuivi en justice par le chanteur Neil Young pour avoir utilisé ses chansons lors de rassemblements durant sa campagne sans autorisation, a révélé le site web du rock star. 

Donald Trump voit rouge : son fils pas près de retourner à l’école

 

L’homme de 74 ans affirme que l’utilisation de Rockin’ In The Free World et Devil’s Sidewalk lors de plusieurs événements de Trump, dont un récent rassemblement à Tulsa, dans l’Oklahoma, constitue une violation des droits d’auteur. Le plaignant, en bonne conscience, ne peut pas permettre que sa musique soit utilisée comme “chanson thème” pour une campagne de division, anti-américaine, d’ignorance et de haine”, peut-on lire dans le projet de dépôt. Le procès, qui vise à obtenir des dommages et intérêts à hauteur de 150 000 dollars pour chaque infraction, n’est pas daté, mais le texte indique que les avocats de Young prévoient de le déposer auprès d’un tribunal fédéral à New York.

Elton John : son ex-femme le poursuit en justice

 

Young a exprimé à plusieurs reprises son mépris pour l’utilisation par Trump de ses tubes classiques lors de rassemblements, lui demandant d’arrêter. Le musicien né au Canada, aujourd’hui citoyen américain, a qualifié Trump de “honte pour mon pays” au début de l’année, alors qu’il soutenait Bernie Sanders dans la course démocrate. Plusieurs artistes de premier plan, dont Pharrell Williams, RihannaAerosmithAdele et la succession du chanteur Prince, se sont également plaints que Trump utilisait leurs chansons.

Donald Trump comparé à Adolf Hitler : la sortie polémique d’un député américain

 

En juin, les Rolling Stones, légendes du rock britannique, ont menacé de poursuites judiciaires contre Trump pour son utilisation de leur classique You Can’t Always Get What You Want lors de rassemblements de campagne. Le même mois, la famille du musicien de rock Tom Petty a publié une lettre de cessation et d’abstention concernant l’utilisation par Trump de I Won’t Back Down lors du rassemblement de Tulsa le 20 juin.

Trump désigne « la plus grande erreur » de l’Histoire des États-Unis

Le mois dernier, Mick Jagger, Michael Stipe et Sheryl Crow ont été parmi les musiciens les plus en vue à signer une lettre exigeant que les politiciens obtiennent leur consentement avant de jouer leurs chansons lors des rassemblements.

 

Source : Geotv



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Allemagne / Covid-19 : les élèves de Hambourg pris comme cobayes

Togo / UL : Respect des mesures barrières ; le professeur Kokoroko durcit le ton