in ,

Gabola, l’église où l’alcool coule à flots (photos)

A l’église sud-africaine Gabola, l’alcool est autorisé. Il y est même promu par son leader et fondateur, le curé Tsietsi Makiti, et ses fidèles qui ont un goût fort prononcé pour les boissons alcoolisées.

Les messes de cette congrégation, non reconnue par le Conseil sud-africain des Eglises (SACC), se déroulent dans les pubs ou les restaurants. Son nom est sans équivoque, Gabola veut dire “boire” en tswana, une langue d’Afrique du Sud.

« J’ai dit à Cristiano Ronaldo qu’il n’était pas mon genre »

Selon le fondateur âgé de 54 ans, il s’occupe ainsi des brebis égarées dans les méandres de l’alcool, que les églises traditionnelles, catholiques ou évangéliques, n’auraient de toute façon pas acceptées.

RDC : un féticheur saisit la sono et les chaises d’une église pour une dette impayée du pasteur

« Jésus nous a enseigné à pêcher là où il y a du poisson. Ce sont dans les tavernes, les shebeens (bars informels), qu’on trouve des enfants de Dieu rejetés des autres églises à cause de leur amour pour l’alcool», se justifie-t-il à l’AFP.

Togo : le rappeur Eric MC se lance-t-il dans le Zemidjan (photo) ?

Dans la chapelle, qui se trouve dans la banlieue ouvrière d’Evaton, un township à 50 km au sud de Johannesburg, les fidèles, verre à la main, écoutent le sermon. Un sermon un peu particulier. Pas de Bible ici, on communie surtout autour de la bière et du vin blanc. Un breuvage que le “saint homme” semble également apprécier. « L’alcool est la seule chose qui nous relie à Dieu, car si je suis sous l’influence de l’alcool, je suis sous l’influence du Saint-Esprit», explique Tsietsi Makiti avec le plus grand sérieux.

Togo : Kaporal Wisdom a gêné le passage de Faure Gnassingbé ce jeudi 3 septembre

Le confinement anti-Covid et surtout l’interdiction de vente d’alcool et de consommation en public ont été durement vécus par la communauté. Désormais, l’interdiction ayant été levée à la mi-août, le moral est revenu. Pourtant l’alcool, assurent les membres, n’est pas une fin en soi, ni l’église un prétexte pour boire. “C’est juste une église, une église normale, mais nous l’appelons Gabola parce que la plupart d’entre nous boivent”, explique Siphiwe Mafusina, membre influent, rapporte FranceTVInfo.

Gabola, l'église où l’alcool coule à flot (photos)



Saham Ad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Togo / Réapparition des sociétés de placement aux gains “extraordinaires” : les microfinances lancent l’alerte

Cristiano Ronaldo : la blessure surprenante qui l’empêche de jouer