La dépouille de l’ex-président Robert Mugabe a été rapatriée ce mercredi au Zimbabwe pour des obsèques nationales, a-t-on appris.

Lire aussi : Togo / HTCE : Voici les élus de la diaspora (liste officielle)



Selon la source, ces obsèques devrait réunir un bon nombre de dirigeants d’Afrique et d’ailleurs.

Recouvert du drapeau zimbabwéen, le cercueil a été extrait de l’appareil et porté par des soldats jusqu’à une tribune ou siégeaient le successeur de Robert Mugabe, Emmerson Mnangagwa, et sa veuve Grace Mugabe, toute de noir vêtue.

Devant la famille et les proches du disparu, le gouvernement et quelques milliers de personnes regroupées sur le tarmac, le chef de l’Etat a pris la parole pour rendre hommage au “père fondateur de la nation, une icône du panafricanisme”.

“La lumière qui nous a conduits à l’indépendance n’est plus mais son œuvre, ses idées continueront à guider cette Nation”, a-t-il ajouté.

Lire aussi : Togo : 9 Nigérians cybercriminels arrêtés par la police

Le cercueil de l’ancien chef de l’Etat, a ensuite été transporté jusqu’à sa fameuse résidence du “Toit bleu”, pour un premier hommage public.

Le “héros” de l’indépendance de l’ancienne colonie britannique devenu tyran, rappelons-le, s’est éteint vendredi à l’âge de 95 ans dans un hôpital de luxe de Singapour où il venait se faire soigner depuis des années.

Lire aussi : Stars africaines : Yemi Alade révèle pourquoi elle ne fera ‘jamais’ de feat avec Tiwa Savage

Jeudi, sa dépouille doit être exposée au stade Rufaro, dans la banlieue de Harare, “pour permettre à la population de tout le pays de rendre hommage à l’illustre héros de la guerre de libération”, selon la ministre de l’Information Monica Mutsvangwa.

C’est dans ce stade que Robert Mugabe avait, le 18 avril 1980, pris les rênes de l’ancienne Rhodésie sous domination britannique des mains de son ancien dirigeant blanc Ian Smith.

Ce jour-là, il avait dévoilé le nouveau drapeau du Zimbabwe et allumé symboliquement une “flamme de l’indépendance”.

Puis jeudi après-midi, le corps doit être conduit dans le village de Zvimba, à une centaine de kilomètres de la capitale, où l’ex-président possédait une maison.

“Nous sommes très tristes, nous avons perdu notre plus grand soutien”, a confié mercredi un des habitants du village, Mike Khutama, 72 ans. “Il a passé sa vie à s’assurer que, nous les villageois et le reste du pays, ayons une vie confortable”.

Lire aussi : Crise au Cameroun anglophone : un «grand dialogue national» pour y remédier

Les funérailles officielles de celui qui, dès sa mort, a été proclamé “héros national” par M. Mnangagwa auront lieu samedi matin dans l’immense stade national des sports de Harare, qui peut accueillir 60.000 personnes.

Le gratin des chefs d’Etat africains, en fonction ou à la retraite, devait se presser à cette cérémonie, ainsi que les dirigeants de grands pays “amis” tels que la Chine ou Cuba.

 

AFP