in ,

Le Temps des Tempêtes : François Bayrou répond aux attaques de Nicolas Sarkozy

Le dernier ouvrage Le Temps des Tempêtes de l’ex-président français, Nicolas Sarkozy, est un florilège de règlements de compte et de révélations sur les premières années de son quinquennat. Au rang des personnalités ciblées dans le livre figure François Bayrou qu’il charge d’avoir trahi ceux qu’il a choisis.

Nicolas Sarkozy : l’étrange cadeau qu’il a offert à l’ex de sa femme Carla Bruni



« (Il) a toujours trahi ceux qu’il a choisis (…). Emmanuel Macron en fera, à son tour, avant la fin de son quinquennat, l’amère expérience. Je n’en doute pas un instant », peut-on lire.

Une attaque à laquelle le maire de Pau, qui devrait être nommé haut-commissaire au Plan en septembre prochain, n’a pas tardé à répondre. Et c’est dans le magazine du Point, ce jeudi 20 août, qu’il a choisi de réagir. « Il n’a toujours pas digéré que je critique ses dérives. Sarkozy, c’est la méthode Trump avant l’heure : il ne supporte pas la contestation. (…) Les règlements de comptes, ça aide à vendre des livres », a-t-il déclaré.

« J’ai quelques regrets » : Julie Gayet se confie sur sa relation avec François Hollande

Entre Nicolas Sarkozy et François Bayrou, la rupture est consommée depuis 2012. Au soir du premier tour de l’élection présidentielle, François Bayrou, candidat du MoDem est éliminé. Si ce dernier renonce à donner des consignes de vote, il conteste la politique de Nicolas Sarkozy et confie qu’il votera pour François Hollande, le candidat socialiste.

Une animosité qui dure

La joute avait d’ailleurs repris en 2016, alors que Nicolas Sarkozy est candidat à la primaire de la droite. Le maire de Pau, lui, soutient Alain Juppé.  Le clan Sarkozy présente Bayrou comme le responsable de l’élection de François Hollande. Ce dernier répond sur les antennes de RMC chez Jean-Jacques Bourdin : « le responsable de la victoire de François Hollande en 2012, il n’y en a qu’un, il s’appelle Nicolas Sarkozy. Par sa pratique, par ses attitudes, par ses méthodes, il a rendu impossible sa réélection. S’il avait été un bon président, il aurait été réélu ».



Ad Carte Fidelyo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mercato / Real Madrid : Modric fait planer le doute sur son avenir

Ariana Grande : la demande de l’artiste à sa consœur Rihanna