in

Les aliments de mauvaise qualité augmenteraient la mortalité de 7%

Une équipe de chercheurs du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) en collaboration avec deux autres instituts a révélé que la consommation d’aliments de mauvaise qualité augmente la mortalité. Cette nouvelle étude a été publiée le 16 septembre dernier dans la revue British medical journal.

« Les personnes qui consomment des aliments de moins bonne qualité nutritionnelle vont avoir une mortalité augmentée d’environ 7 % », a expliqué Mélanie Deschazaux, chercheuse à l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale).

Réaction de Moscou aux nouvelles sanctions américaines visant des instituts de recherche russes

Cette conclusion a été faite après une recherche menée sur 500.000 personnes dans 10 pays européens pendant 17 ans. Les chercheurs ont analysé les régimes alimentaires en fonction du nutri-score, ce logo de plus en plus présent sur les emballages alimentaires qui classe les produits de A à D avec un logo coloré en vert, orange ou rouge. Ensuite, ils ont comparé ces régimes à l’état de santé des consommateurs.

Covid-19 : ce pays bat le record mondial de la plus forte mortalité

 

D’après Mme Deschazaux, les aliments les moins bien classés sont ceux riches en énergie, en sel, en sucre, en acides gras saturés et donc plutôt pauvres en fibres, fruits et légumes ou en protéines. Quant aux produits classés en orange mais surtout en rouge, ils pourraient provoquer l’apparition de cancers et de maladies chroniques.



Ad Carte Fidelyo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Drépanocytose et grossesses précoces en période de Covid-19 : L’ONG Caring ForALL en tournée dans la région de la Kara

Éthiopie : les leaders de l’opposition accusés de terrorisme