in

Les téléphones portables, une cause de la mortalité des insectes ?

Les pesticides, la déforestation et d’autres facteurs sont des menaces pour la survie des insectes. Dans une étude menée par une ONG allemande, les téléphones portables tout comme les réseaux sans fil tels que le Wifi entrent dans cette liste. 

Selon l’analyse de 190 données, l’exposition croissante de l’environnement aux rayonnements électromagnétiques a “probablement une influence sur le monde des insectes”, estime dans cette étude l’Association allemande pour la conservation de la nature (NABU) en collaboration avec deux ONG allemande et luxembourgeoise. 

Publiée jeudi, cette étude intervient au moment où l’Europe prépare l’arrivée prochaine de la technologie 5 G qui doit proposer un débit 100 fois plus rapide que celui des réseaux 4 G existants et suscite de nombreuses mises en garde, en particulier des écologistes.

Pourquoi consulter son smartphone avant de dormir est dangereux pour la santé

Des effets négatifs allant d’une perte de la capacité d’orientation due aux champs magnétiques à la détérioration du matériel génétique et des larves ont été détectés dans 60 % des analyses sur les abeilles, les guêpes et les mouches. 

Chez les insectes, rapporte Le Progrès, les rayonnements des téléphones portables et des réseaux sans fil provoqueraient l’ouverture des canaux calciques des cellules, entraînant une importante introduction d’ions calcium dans l’organisme, qui, à forte dose, déclenche des réactions en chaîne et un “stress cellulaire”. Outre “une altération du sens de l’orientation et une diminution de la capacité de reproduction”, “le rythme jour-nuit est perturbé et le système immunitaire est mal activé”, soulignent en outre les auteurs du rapport.

“Des études menées en Grèce montrent également que le rayonnement des téléphones portables est nettement plus nocif que le champ magnétique d’une ligne électrique à haute tension”, ajoutent-ils.

Ces aliments accélèrent le vieillissement, selon une diététicienne

“Cette analyse de données montre que nous devons garder les yeux ouverts dans toutes les directions lorsque nous analysons les causes du déclin spectaculaire des insectes”, explique dans la présentation de l’étude Johannes Enssle, responsable de NABU dans la région du Bade-Wurtemberg. “Le sujet est inconfortable pour beaucoup d’entre nous, car il interfère avec nos habitudes quotidiennes et il y a de puissants intérêts économiques derrière la technologie des communications mobiles”, fait valoir M. Enssle.

Selon une étude allemande publiée en octobre 2019 dans la revue Nature, la biomasse des arthropodes a diminué en dix ans en Europe. Le pourcentage de réduction est évalué à 67 dans les prairies et 41 dans les forêts.



Saham Ad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

TikTok : la nouvelle exigence “inacceptable” de Donald Trump

Togo /CERSA : appel à candidatures pour une formation en production d’asticots