Meghan Markle et Harry : cette « course contre la montre » pour protéger Archie

Âgé de 1 an, Archie, le fils de Meghan Markle et Harry, n’est pas apparu une seule fois en public. Ses parents font tout pour le mettre hors des clichés photographiques depuis leur déménagement à Los Angeles.

Meghan Markle et Harry ne sont pas du genre à blaguer quand les paparazzis américains s’approchent un peu trop près de leur fils, Archie. Le couple, qui a fait en sorte que leur enfant n’apparaisse pas publiquement, veut assigner en justice des photographes pour avoir pris des photos, de manière illégale avec un « drone », de leur fils au sein de leur maison californienne. 

Brigitte Macron, a-t-elle influencé le choix du gouvernement de Jean Castex ?

Il faut faire vite pour empêcher que ces clichés ne soient dévoilés dans la presse. « C’est une course contre la montre, car il y a un risque important que ces photos prises illégalement soient publiées aux États-Unis ou au Royaume-Uni à tout moment », a déclaré l’avocat du couple royal, Michael Kump, dans une déclaration écrite à la Cour supérieure de Los Angeles. 

Les Sussex accusent par ailleurs les photographes d’avoir écrit des légendes trompeuses sur ces photos d’Archie prises dans le jardin du manoir de 18 millions de dollars appartenant au producteur hollywoodien Tyler Perry à Beverly Hills afin de faire croire qu’elles ont été prises dans un lieu public. Et pourtant, « Archie n’est pas apparu en public depuis l’arrivée de la famille ici », a fait savoir l’avocat de Meghan Markle et Harry, Michael Kump. 

Meghan Markle : les lettres de son père Thomas Markle ne “sont plus ouvertes”

Les documents de la justice confirment que des drones et des hélicoptères sont bel et bien entrés dans la zone située au-dessus de la résidence du couple à Los Angeles. Ces accusations portent sur trois agences photo de Los Angeles. Les paparazzis, appelés à comparaître, sont accusés par les plaignants « d’intimidation et de harcèlement. »  

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
L’OMS identifie l’origine de la nouvelle épidémie d’Ebola en RDC