Quatorze membres des milices civiles anti-jihadistes et un policier ont été tués jeudi dans une attaque menée par le groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), dans le nord-est du pays, a indiqué un dirigeant de ces groupes d’auto-défense.

Lire aussi : Envie de changer de job? Voici quelques conseils à suivre

Arrivés à bord de plus d’une douzaine de pick-up équipés de mitrailleuses, des jihadistes de l’ISWAP, faction du groupe jihadiste nigérian Boko Haram affiliée à l’Etat islamique (EI), ont pris d’assaut un poste de sécurité tenu par une milice civile dans le village de Mamuri situé dans l’État de Borno, provoquant de longs affrontements.

IFT

Lire aussi : La reine d’Angleterre recrute un Community Manager ; un contrat à plein temps

«Nous avons perdu quatorze homme et un policier dans ces affrontements contre les terroristes de l’ISWAP», a déclaré un chef des milices d’auto-défense, Babakura Kolo. « Ils ont attaqué nos hommes vers 20H00 locales (19H00GMT)» et « les affrontements ont duré longtemps », a-t-il ajouté. « Nos hommes se sont retrouvés sans munitions, ce qui a donné l’avantage aux insurgés », a indiqué M. Kolo.

Lire aussi : Niger : les chefs d’État du G5 Sahel en sommet extraordinaire à Niamey après l’attaque d’Inates

Dans un communiqué publié vendredi, l’ISWAP a revendiqué la responsabilité de ce raid, affirmant que ses combattants ont tué 15 « membres des milices gouvernementales pro-nigérianes » et capturé deux véhicules tout-terrain ainsi que des armes et des munitions « comme butin », selon SITE Intelligence, un organisme américain de surveillance des mouvements extrémistes.