Russie : Google, Twitter et Facebook sous la menace d’une amende

Après la censure imposée aux médias russes par les sociétés Internet américaines, l’Association des utilisateurs professionnels des réseaux sociaux et des messageries, une organisation russe, a proposé au ministère du Développement numérique, des Communications et des Médias du pays d’introduire des amendes pour les sociétés Internet étrangères qui censurent les médias russes.

Dans la lettre soumise par l’association au ministère, le directeur évoque une amende allant de 10 millions de roubles (environ 109.000 euros) à un pourcent des recettes internationales et exhorte également à envisager la possibilité de saisir de force l’argent des contrevenants. Le directeur de l’association note que Facebook et Twitter ont été condamnés cette année à une amende de quatre millions de roubles (environ 43.500 euros) mais que les huissiers n’ont pas eu le droit de collecter cet argent auprès des partenaires de Facebook et Twitter.

« En Russie, il existe de nombreuses organisations de ce type. Il est nécessaire de donner aux huissiers le droit de prélever à la base du titre exécutoire les fonds des partenaires publicitaires russes destinés à être transférés aux réseaux sociaux américains », ajoute-t-il.

Selon l’association, toute action concernant le contenu et les comptes, y compris l’ajout d’ « étiquettes » pour les comptes des médias contrôlés par des États, doit être considérée comme de la censure. Le service russe chargé de la supervision dans le domaine des médias a accusé le 27 octobre les sociétés Internet américaines de pratiquer la censure à l’encontre des médias russes. Selon lui, une vingtaine de médias russes se voient censurés par Google (YouTube), Facebook et Twitter.

Plus d'articles
Black Panther : cet hommage des enfants nigérians à Chadwick Boseman secoue la toile (vidéo)