Sénégal : il veut protéger un 3e mandat de Macky Sall « à la machette »

Dans une vidéo fortement relayée depuis le 9 octobre sur les réseaux sociaux, on peut entendre le député Aliou Demboury Sow, membre de l’Alliance pour la République (APR), le parti du Président Macky Sall, appeler dans sa langue natale (le peul) ses partisans « à s’armer de machettes pour combattre ceux qui tenteraient de s’opposer au troisième mandat » du Président Sall.

Selon Guy Marius Sagna, le porte-parole du Frapp, les déclarations du député sont constitutives « d’incitation à des crimes de masse », « de crimes contre l’humanité », « d’attaques ciblées contre des populations bien déterminées », « d’atteinte à l’ordre public, à la sûreté de l’État, à la sécurité publique et à la paix civile ». 

« Le Sénégal ne peut pas avoir jugé sur son sol [l’ancien Président tchadien] Hissein Habré pour des histoires de crimes de masse et permettre que, sur son territoire, un Sénégalais tienne des discours ethnicistes haineux », assène-t-il

Pris de court par l’ampleur des réactions suscitées par ses déclarations, Sow dénonce leur « mauvaise interprétation par une frange de la population », dans une note rendue publique ce 10 octobre.

 « Je ne regrette pas mes propos […] Rien de ce que j’ai dit n’est grave […] On ne peut pas juger mes propos si on n’est pas du Fouta ou du Ferlo », ses fiefs d’origine.

Plus d'articles
Whatsapp : voici comment récupérer les conversations supprimées sans sauvegarde