in ,

Une cause fréquente d’un cancer du poumon chez les non-fumeurs nommée

Le risque de développer un cancer du poumon chez les non-fumeurs augmente de 20 à 30% s’ils respirent régulièrement la fumée de cigarette dite « secondaire », informe le médecin russe Renat Khairov sur Instagram.

Coronavirus : la fumée de cigarette peut-elle transmettre le virus ?

« Ce n’est pas étonnant puisque la fumée de cigarette contient des substances chimiques qui affaiblissent le système immunitaire de l’organisme, l’exposant davantage aux maladies et endommagent dans sa capacité à détruire des cellules cancéreuses », explique-t-il.

En outre, jusqu’à 80% des substances chimiques toxiques de la fumée secondaire se dispersant dans la pièce où se trouve le fumeur se déposent sur les surfaces, même dans une pièce ventilée, rappelle le médecin. Et d’après lui, cette fumée dite « tertiaire » est également dangereuse.

L’exposition passive à la fumée du tabac augmente également le risque de développer une maladie cardiaque, la bronchopneumopathie chronique obstructive, ainsi que plusieurs types de cancer : colorectal, du cerveau et du sang, poursuit-il.

Voici un aliment susceptible de ralentir la progression d’un cancer

Qui plus est, le syndrome de mort subite du nourrisson, mort soudaine du jeune enfant âgé d’un mois à un an et apparemment en bonne santé lors de son sommeil, arrive plus souvent à des enfants dont les parents fument.

Enfin, Khairov souligne qu’outre le tabagisme passif, l’inhalation de vapeurs toxiques générées au cours de la cuisson, surtout celle des produits semi-finis, est nocive. En effet, le spécialiste dit que cette fumée génère les mêmes substances cancérigènes que celle du tabac : les nitrosamines.




Fibre Nouveaux Quartiers


Ad Canal Box

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Fortnite contre Apple : une « petite » victoire pour le développeur du jeu

Togo / Agriculture : « Un coup de pouce » pour la société coopérative simplifiée ‘Alodeklo’