in

USA : découverte d’une évasion fiscale record

Les autorités américaines ont inculpé Robert T. BrockmanCEO de la société de logiciels Reynolds & Reynolds, pour une fraude fiscale record aux Etats-Unis. Le montant de cette fraude est évalué à près de 2 milliards de dollars, soit environ 1,7 milliard d’euros.

39 chefs d’accusation ont été retenus contre Robert T. Brockman. Il est notamment accusé d’avoir exploité un réseau complexe de sociétés étrangères et de comptes bancaires pour dissimuler cette somme ces 20 dernières années aux autorités fiscales américaines. Mais aussi d’avoir utilisé cet argent pour acheter un yacht de luxe, d’avoir demandé à un gestionnaire d’argent d’assister à une conférence sur le blanchiment d’argent sous une fausse identité, ou d’avoir persuadé cette même personne de détruire des documents et des mails compromettants.

Robert T. Brockman a fondé Universal Computer Systems, en 1970. Sa société a fusionné en 2006 avec Reynolds & Reynolds. L’homme d’affaires a comparu le vendredi 16 octobre devant la cour fédérale, où il a plaidé non coupable de tous les chefs d’accusation. Il a ensuite été libéré, moyennant une caution qui avait été fixée à 1 million de dollars.

Reynolds & Reynolds a publié un communiqué pour faire savoir que la société n’avait “commis aucun acte répréhensible” et que les allégations visant son CEO se concentraient sur ses activités “en dehors de ses responsabilités professionnelles avec Reynolds & Reynolds”. S’il est reconnu coupable, Robert T. Brockman risque une lourde période de prison, en plus de devoir rendre l’argent de cette fraude.




Fibre Nouveaux Quartiers


Ad Canal Box

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

PSG / Ligue des champions : « Cavani ne fait plus partie des nôtres », lance Kylian Mbappé avant les retrouvailles

Togo / Lomé : une étudiante retrouvée pendue à Avedzi-Wessomé