in ,

Bourse doctorale des universités de Lausanne et de Bordeaux (2 juin 2020)

Le laboratoire « Les Afriques dans le monde » de Bordeaux offre une bourse de doctorat pour une période de 36 mois dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut Français et l’Agence Française de Développement, programme « Accès Culture ».

L’armée américaine offre une récompense de près de 10 millions FCFA pour retrouver une ‘belle soldate’ disparue (photos)

« Accès Culture » est un programme de développement culturel qui vise à financer, sur le continent africain, une soixantaine de projets culturels portés par des organisations de la société civile ou des collectivités territoriales africaines en binôme avec un homologue français ou une expression de la diaspora africaine résidente en France. Les candidatures sélectionnées seront des projets de coopération culturelle tournées vers le public dans une dynamique de médiation culturelle (sensibilisation et éducation artistique ; initiation à une pratique artistique ; mise en place de rencontres artistiques…). L’objectif est de mettre la culture et les Industries Culturelles et Créatives (ICC) au service du lien social en proposant d’étendre une offre culturelle de qualité destinée aux populations les plus éloignées de la culture pour des raisons sociales, économiques, géographiques. Ce faisant, ce projet réaffirme le rôle central de la culture dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Un contrat doctoral est proposé pour évaluer l’impact des projets financés durant les trois années du programme sur les populations et territoires concernés. Il s’agira d’identifier et de pondérer les corrélations existantes entre culture (au sens du secteur d’activité) et lien social, jusqu’alors peu documentées et difficiles à mesurer grâce à des indicateurs fiables et spécifiquement définis. Les projets financés seront autant de cas d’études qui nourriront la réflexion sur les effets de l’accès à la culture pour des populations dites vulnérables (notamment les femmes et les jeunes) et ce que cela implique en termes de développement humain. La recherche s’intéressera aux travaux en cours sur la mesure du bien-être (à corréler à l’Index de Développement Humain, IDH) pour les populations bénéficiaires des projets financés (autant les porteurs de projets que les publics visés), via l’observation de changements qualitatifs notamment dans la conduite de projets culturels mais également dans l’appropriation des enjeux culturels par les publics cibles.

Togo : le concours d’entrée à l’EAMAU reporté

Par ailleurs, « Accès Culture » est intéressé par les enjeux de capitalisation des travaux de recherche produits, dont les résultats pourront être portés auprès des pouvoirs publics et opérateurs culturels concernés, sous la forme d’un plaidoyer lors de séances locales de restitution.

Dans ce cadre, le-a doctorant-e devra conduire une recherche ethnographique auprès des acteurs concernés par le projet « Accès Culture », en se concentrant sur un nombre de cas d’étude spécifiques sélectionnés en accord avec le directeur de thèse. Cette analyse se fera aussi en lien avec les priorités du programme de recherche sur l’entrepreneuriat culturel des diasporas africaines en France, mené par l’équipe de la Chaire Diasporas Africaines du LAM, à laquelle le-a doctorant-e sera rattaché-e.

Le-a doctorant-e devra avoir une formation lui permettant de conduire une recherche de type ethnographique indépendante. Il/elle devra avoir des connaissances de base des débats sur la mesure du bien-être et du IDH, ainsi que des débats sur la relation entre développement et ICC, notamment sur le continent africain, et sur les outils de mesure de l’action publique (notamment dans le secteur culturel). Ce doctorat en science politique (école doctorale SP2) est ouvert aux candidats présentant des profils variés et pluridisciplinaires (économie, sociologie, anthropologie).

Le-a candidat-e sélectionné-e sera sera inscrit.e en cotutelle de thèse à Sciences Po Bordeaux et à l’Université de Lausanne et encadré par les deux équipes de recherche. A Bordeaux, il/elle sera accueilli-e au sein de l’équipe du LAM et de la Chaire Diasporas Africaines. A Lausanne, il/elle

sera intégrée dans l’équipe « Religions, Migration, Diaspora » et bénéficiera d’une place de travail à l’Institut des Sciences Sociales des Religions, ainsi que de l’encadrement de l’école doctorale en anthropologie, sociologie, genre et/ou sciences des religions.

Il/elle devra conduire des séjours de recherche de longue durée sur un terrain africain défini en accord avec le-a directeur/directrice de thèse et pourra également effectuer des missions de recherche en Europe et dans d’autres pays d’Afrique si nécessaire, ainsi que participer à des colloques et autres manifestations scientifiques hors de France. Le-a doctorant-e s’engage à mener son projet de recherche doctorale et à participer aux activités collectives d’animations scientifiques prévues par le programme « Accès Culture » et par la Chaire Diasporas Africaines: séminaires, universités d’été, etc. Nous recherchons des jeunes collègues appréciant le travail en équipe et déterminés à prendre des initiatives.

La thèse sera encadrée par Dominique Darbon (Sciences Po Bordeaux) en cotutelle avec Monika Salzbrunn (Université de Lausanne).

Coronavirus : Donald Trump cède son salaire pour la recherche d’un remède

*

Profils des encadrants :

Dominique Darbon est professeur de science politique à Sciences Po Bordeaux. Diplômé de Sciences Po, en science politique, en études africaines et en droit, ses principaux thèmes de recherche porte sur la réforme administrative, l’analyse des politiques publiques dans les pays africains, le management des administrations et les systèmes administratifs comparés, les transformations des structures sociales et l’émergence de capacités de marchés. Il est responsable du programme “classes moyennes africaines” et il gère le projet “politiques publiques et action publique dans les pays africains et les ESF”. Ancien directeur du CREDU Harare et du CEAN, ancien rédacteur en chef de la revue « Politique Africaine », et ancien président du conseil scientifique du pole Afrique du ministère des Affaires étrangères, il est directeur de Lam depuis 2018 et directeur adjoint de l ‘école doctorale “Société, politique, santé publique” (sp2) de l’Université de Bordeaux

Professeure ordinaire de Religions, Migration, Diasporas à l’Unil, Monika Salzbrunn est lauréate du Conseil Européen de la Recherche (ERC) pour son projet ARTIVISM — Art and Activism. Creativity and Performance as Subversive Forms of Political Expression in Super-Diverse Cities, qui comporte un volet de recherche sur l’art graphique au Cameroun. Son intérêt pour la performance des appartenances multiples l’a conduit à développer une approche épistémologique originale, mettant « l’événement (im)prévisible » au centre du dispositif. Sur le plan empirique, avec son équipe, elle a mené des recherches sur «L’écoute des transnationalisations religieuses/Sounding Religious Transnationalism » (Dossier de Civilisations 67), sur la musique des harraga dans le cadre de son projet FNS « Undocumented Mobility and Digital-Cultural Resources after the ‘Arab Spring’ », sur l’Islam (in)visible et in(audible) en ville (projet FNS). Directrice de l’Institut des Sciences Sociales des Religions entre 2011 et 2015, Professeure invitée à l’Università degli studi di Genova, à la Japan Women’s University et à la Kwansei Gakuin University au Japon, Monika Salzbrunn est chercheuse associée au CéSOR/EHESS Paris et membre du groupe DIVCULT du réseau d’excellence IMISCOE.

*

Angelina Jolie préférerait-elle les femmes après sa séparation avec Brad Pitt?

Critères de sélection du/de le-a candidat-e :

Dossier de candidature :

  • –  le profil académique et les aptitudes du/de la candidat-e.
  • –  les compétences linguistiques (excellente maîtrise du français et de l’anglais; la

connaissance d’une langue africaine subsaharienne est un atout).

  • –  Le niveau d’expérience en termes de recherche sur le terrain (l’expérience de recherche sur des terrains extra-européens est un atout).
  • –  une copie du diplôme de master 2 ou un diplôme équivalent ou une attestation (provisoire) de réussite du master ;
  • –  une lettre de motivation de maximum deux pages détaillant les éventuelles expériences de recherche précédentes sur le terrain et leur lien avec le profil demandé (indiquer aussi votre adresse email et numéro de téléphone) ;
  • –  un curriculum vitae ;
  • –  un travail rédigé (une publication, le mémoire de master, etc.) ;
  • –  un document de maximum trois pages détaillant l’approche méthodologique proposé par le candidat pour mener sa recherche dans le cadre du programme « Accès Culture ».

Le dossier de candidature devra être envoyé sous forme électronique en un seul fichier pdf à l’adresse de la Chaire Diasporas Africaines du Laboratoire les Afriques dans le Monde : chairediasporasafricaines@sciencespobordeaux.fr

La date limite de réception des candidatures est fixée au plus tard le 24 juin à 12h.

La bourse sera offerte sous réserve de l’inscription en thèse dans toutes les universités publiques. La bourse devra commencer impérativement avant le 1er Novembre 2020.

*

Information sur l’institution :

Pôle de recherche et d’enseignement pluridisciplinaire d’envergure reconnu internationalement, le laboratoire « Les Afriques dans le monde » est rattaché au CNRS, à l’IRD et à Sciences Po Bordeaux. Il regroupe des politistes, anthropologues, économistes, géographes, historiens, juristes

et littéraires. LAM est associé à l’Université Bordeaux-Montaigne et à l’Université de Bordeaux. Son périmètre de recherche englobe l’ensemble du continent africain, la Caraïbe, les sociétés issues de la traite et les diasporas noires.

LAM interroge la globalisation à partir des Afriques dans une approche comparatiste et transversale. Il s’intéresse aux questions relatives au politique, à ses expressions et productions.

Les axes de recherche principales du laboratoire sont les suivantes (informations détaillés disponibles sur le site du laboratoire http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/) :

  • –  Etat, institutions et citoyenneté ;
  • –  Ressources, inégalité et conflits ;
  • –  Imaginaires, circulations et médiations.

La vie scientifique collective de LAM est rythmée par des rencontres collectives rassemblant toute l’équipe :

  • –  Le séminaire général mensuel : autour d’un ouvrage ou d’un invité.
  • –  Le séminaire des doctorants : espace de discussion sur une recherche en cours.
  • –  Le séminaire d’actualité : grand public, pour un décryptage des événements importants en cours en Afrique ;

Chaque axe de recherche et thème de recherche organise des ateliers ou journées d’études thématiques pour structurer les projets en cours.

LAM s’associe régulièrement à des événements culturels et citoyens sur les Afriques et est membre de l’Institut des Afriques (https://institutdesafriques.org/). Les chercheurs de LAM participent à de nombreuses revues dont: Politique Africaine, l’Afrique Politique, Afrique contemporaine, Études Littéraires Africaines, Netsuds, Confluences Méditerranée, Les Cahiers d’Outremer.

La Chaire Diasporas Africaines (https://diaspafrique.hypotheses.org/), première chaire de son genre en France, est une initiative qui s’inscrit dans une démarche de long terme ayant pour objectif de faire de Sciences Po Bordeaux et du laboratoire « Les Afriques dans le monde » un des pôles principaux pour la recherche sur les diasporas africaines en France et en Europe. Elle rassemble de chercheurs qui s’intéressent à l’analyse des enjeux politiques, économiques, et culturels des présences africaines en France, à travers une série d’activités qui incluent des recherches sur appel à projet, des études monographiques, des colloques de restitution des projets financés, et un cycle de séminaire mensuel organisé en partenariat avec des associations de la diaspora et des institutions locales.

Pour obtenir plus des informations, veuillez-vous adresser au directeur du laboratoire (Dominique Darbon, email : d.darbon@sciencespobordeaux.fr), ou aux coordinateurs de la Chaire Diasporas Africaines (Etienne Smith, email : e.smith@sciencespobordeaux.fr, et Alessandro Jedlowski, email : a.jedlowski@sciencespobordeaux.fr).




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Coronavirus : Plus de 2.200 morts en 24h ; le bilan repart à la hausse aux USA

Voici comment les noix peuvent réduire le risque de mortalité chez vous

Coronavirus : le Togo reçoit un soutien de plus de 6 milliards de FCFA de l’UE