in ,

Côte d’Ivoire : Comment Alassane Ouattara prépare sa réforme constitutionnelle

Alassane Ouattara, président de la Côte d'Ivoire

Depuis plusieurs mois, Alassane Ouattara et son premier cercle travaillent à un projet de réforme constitutionnelle. Le comité d’experts qui avait rédigé la Constitution de 2016 a été mis à contribution, renseigne Jeune Afrique dans sa parution de cette semaine.


Publicité L-FRII


Le chef de l’État n’a pas encore tranché plusieurs points importants, comme le rôle du vice-président. Selon l’un de ses proches, la suppression de la fonction de Premier ministre au Sénégal l’a conduit à s’interroger sur l’utilité de conserver ce poste de colistier, créé en 2016.

Togo : Aneho et Glidji, bientôt au rang des villes les plus propres

Toujours selon Jeune Afrique, si la fonction de vice-président devait être conservée, les attributions de son titulaire pourraient évoluer. Il ne serait plus élu en même temps que le chef de l’État, mais nommé après l’élection de ce dernier. Surtout, il perdrait le statut de dauphin constitutionnel que lui confère le texte actuel. Ce serait alors le Premier ministre qui succéderait au président en cas de vacance du pouvoir. Une option qui permettrait par exemple à Alassane Ouattara, s’il décidait de se représenter, de garder Amadou Gon Coulibaly à la primature et de nommer un vice-président issu des rangs du PDCI, d’Henri Konan Bédié.

Alassane Ouattara : « Guillaume Soro, c’est mon fils et il a beaucoup appris à mes côtés » (vidéo)

Si le passage à une élection à un tour reste à l’étude, la réintroduction d’une limite d’âge (à 70 ou 75 ans) pour être candidat est, elle, écartée, indique la source. Le groupe parlementaire du RHDP (majorité présidentielle) pourrait toutefois la proposer au moment du vote du projet.

La nouvelle Constitution devra être approuvée à la majorité des deux tiers (236 voix) par le Parlement réuni en congrès, et ce avant la fin du mois d’avril: la Cedeao interdit en effet d’introduire, à moins de six mois d’un scrutin présidentiel, une modification susceptible d’avoir un impact sur celui-ci.

Privatisations en cascade : la thérapie du Prof Kako Nubukpo

Au Parlement, le vote se fera en l’absence de six députés du groupe Rassemblement, proches de Guillaume Soro et arrêtés le 23 décembre 2019. De son côté, le RHDP mène d’intenses tractations afin d’obtenir les 236 voix nécessaires à l’adoption du texte.

Mercato – Real Madrid : N’Golo Kanté, la cible favorite de Zinedine Zidane ?

Football : démission à la tête des Eperviers du Togo

Togo / CHAN 2020 : voici la liste des joueurs convoqués