Le président nigérian Muhammadu Buhari s’est exprimé ce vendredi sur la fermeture des frontières terrestres de son pays pour limiter la contrebande massive.

Il a indiqué que cette mesure pour une période limitée donnait déjà des résultats positifs pour l’économie. C’est l’information relayée par le site beninwebtv.



Lire aussi . Fermeture frontière Nigeria-Benin : le plaidoyer de Dangote en faveur du Bénin et du Niger

Pour Buhari, il était nécessaire de fermer les frontières à cause d’un « manque d’adhésion de plusieurs parties prenantes aux idéaux commerciaux, ce qui était préjudiciable au pays et à ses habitants », indique Guardian.

«Après de nombreuses années de diplomatie et de surveillance réglementaire agressive qui ont donné peu de résultats, nous avons décidé de fermer nos frontières terrestres pendant une période limitée pour évaluer l’impact de cette mesure. En quelques semaines, nous constatons déjà une baisse des volumes de contrebande de contrefaçon sur certains de nos principaux marchés à travers le pays. Cela valide notre action en tant que gouvernement lorsque nous insistons sur le fait que l’Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA) doit non seulement promouvoir le libre-échange, mais aussi un commerce légal de qualité, fabriqué en Afrique ». a-t-il déclaré.

Lire aussi : Burkina : au moins 5 soldats tués dans un embuscade ce vendredi

Le président Nigérian explique que les règles en matière de commerce et d’activités commerciales essentielles au développement économique du Nigéria, devraient être respectées par tout le monde.
Il a toutefois indiqué que le gouvernement mettrait toujours tout en œuvre pour que le secteur du commerce et des entreprises continue à prospérer en matière de création d’emplois, rapporte la même source.  «Malheureusement, récemment, de nombreux commerçants ne respectent tout simplement pas les règles. Nos marchés sont inondés de produits de contrebande et de contrefaçon », a indiqué Buhari qui fait savoir que « Par ces pratiques égoïstes, nous aidons les usines étrangères à fonctionner tout en fermant les nôtres. Des médicaments aux produits électroniques en passant par les produits alimentaires, notre capacité à créer et à créer des emplois au niveau local est sérieusement entravée par une poignée de Nigérians qui préfèrent les profits au patriotisme ».

 

« Nous avons tous entendu des histoires sur l’impact dangereux et parfois fatal des faux médicaments et aliments sur nos citoyens. Nous avons également vu comment de faux appareils électriques ont provoqué des incendies dans les maisons et les marchés, détruisant ainsi des vies et des propriétés. La plupart de ces articles de qualité inférieure et illégaux sont passés en fraude à travers nos frontières terrestres », a précisé Buhari.