Crise libyenne : le message du Maroc à l’Allemagne

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, n’a pas convaincu Nasser Bourita de prendre part à la visioconférence qui a eu lieu avec la diplomatie allemande, ce lundi 5 octobre, en marge de la 75e assemblée générale de l’ONU. 

Inscrite dans le processus de Berlin pour la résolution de la crise libyenne, c’est la deuxième réunion du genre. Sauf que le Maroc n’avait pas été invité à la première. Plutôt que de se faire représenter par son ministre des Affaires étrangères, le royaume chérifien s’est limité à autoriser un ambassadeur à y prendre part.

S’exprimant lundi 5 octobre au cours des pourparlers entre les représentants du Parlement de Tobrouk et le Haut Conseil d’État basé à Tripoli, Nasser Bourita présente indirectement la principale raison de son absence de la visioconférence à laquelle il était invité :

« Œuvrant sous l’égide des Nations unies, le Maroc préfère soutenir les dialogues interlibyens plutôt que ceux autour de la Libye, les premiers étant fondamentaux et les seconds complémentaires.»

Plus d'articles
Android : l’un des malwares les plus dangereux, de retour sur le Play Store